iloubnan.info
( Publicité )
Wiki

Au Liban, on fabrique encore le poêle de façon artisanale

iloubnan.info - Le 23 août 2013 à 20h24
 Fabrication artisanale de poêle Rachaya
Un atelier de fabrication de poêles à Rachaya en 2005
On pense parfois que le système de chauffage au poêle fait partie du passé, mais il n’a pas disparu. Il s’est modernisé et de nombreuses sociétés le produisent de façon industrielle et le commercialisent aujourd’hui partout dans le monde. Mais dans quelques coins du Liban, on le fabrique encore de manière artisanale.
Dans certaines maisons libanaises traditionnelles, ils trônent encore au beau milieu du salon. Avec leur tuyau montant tout droit jusqu’au plafond, les poêles témoignent d’une vie d’un autre temps mais ils permettent toujours à leurs propriétaires de chauffer une pièce à vivre pendant l’hiver… et constituent dans la maison un point central autour duquel il fait bon se retrouver en famille ou entre amis pour dîner ou pour bavarder.
Des poêles modernes sont disponibles dans les magasins spécialisés. Mais ils sont aussi fabriqués ou réparés de façon artisanale, dans les environs de Rachaya par exemple. Dans ce village du sud, des artisans ont su préserver le savoir-faire des générations passées. C’est fascinant de les regarder travailler, dans leur atelier succinct, au milieu des gerbes d’étincelles des fers à souder.

Un peu d’histoire


Le mode de chauffage au poêle remonte au temps des Romains, qui avaient compris l’efficacité du « chauffage par rayonnement ». Ce mode de chauffage a en effet été inventé par l'architecte romain Sergius Orato (140 avant JC), qui avait compris comment, à partir d’un foyer allumé, on pouvait faire passer la fumée dans des briques évidées dans les murs et le sol des maisons. Ces poêles par rayonnement se développèrent d’abord dans les régions Alpines. D’abord façonnés en briques et en argile, ils furent ensuite agrémentés de quelques céramiques creuses, permettant de se réchauffer les mains.
Dans les pays d’Europe du Nord et de l’Ouest (France, Allemagne, Hollande et Norvège), autour du 15e siècle, les tout premiers poêles étaient ainsi faits d'argile, de tuiles et de briques. Ils n'étaient pas reliés à une cheminée mais placés sur la paroi d'un mur à l'intérieur de la maison. Un trou était percé de manière à laisser la fumée s'échapper à l'extérieur.

Avec ce système, une grande partie de la chaleur dégagée était perdue à l'extérieur. Mais ces poêles permettaient quand même à leurs utilisateurs de résister aux grands froids. Aujourd'hui, on peut retrouver certains de ces poêles dits « scandinaves », faits d’argile et de brique, dans des musées européens.
Toujours au 15e siècle, les européens commencèrent à utiliser des poêles faits d'acier.
Ces poêles étaient constitués d’un ensemble de plaques d'aciers soudées ensembles pour former une boîte. Ce n’était bien sûr pas l’acier tel qu’on le fabrique aujourd’hui. En tout cas, ces poêles étaient beaucoup plus efficaces pour émettre la chaleur que ceux uniquement faits d’argile.

Fabrication artisanale de poêle, Rachaya

Inventeur américain

Ils furent utilisés jusqu'au 18e siècle, quand fut créé le poêle en fonte nommé poêle "Franklin" : du nom de son inventeur américain Benjamin Franklin, ce poêle révolutionna l'économie domestique car il consommait cinq fois moins de bois et donnait deux fois plus de chaleur que le foyer traditionnel. Le poêle Franklin est généralement considéré comme le réel ancêtre des modèles modernes.
Aujourd'hui, les poêles ont gardé la forme de boîte et le fonctionnement du poêle Franklin, mais ils peuvent être alimentés par un plus grand nombre de combustibles : bois, gaz, électricité... Et même énergie solaire : un bon conjuguer technologie traditionnelle et nouvelles énergies.
Tags
#Artisan, #tradition
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2017 Par Proximity Agency