iloubnan.info
( Publicité )
Société

Au Canada, reprise des débats autour du port du voile islamique et des signes religieux

MONTREAL | iloubnan.info - Le 26 août 2017 à 16h28

Fin août les Québécois sont repartis dans les discussions qui entourent le port du voile islamique et autres signes religieux. Des discussions/débats qui empoisonnent la vie de la province canadienne depuis plusieurs années... et qui donnent du grain à moudre à l’extrême droite nationaliste.

La polémique -qui avait été interrompue lors de l’attentat contre la mosquée de Québec- tourne autour de « la neutralité religieuse de l’état » -la « laïcité » en d’autres termes- et de tout ce qui en découle en matière de vivre ensemble: c’est à dire, en clair et pour l’essentiel, la nécessité d’apparaître en société à « visage découvert »… Et la loi 62, telle qu’elle a été dénommée, a même été élargie aujourd’hui par le gouvernement de Philippe Couillard, libéral, aux municipalités et aux transports, ce qui devrait en étendre considérablement l’usage. Et ce qui met en rage le maire de Montréal et celui de Québec, libéraux eux aussi, qui contestent en coeur à la seule Assemblée Nationale le droit de réglementer les façons de vivre dans leurs municipalités. Mais, comme on est au Québec, et que la politique ne devrait pas conduire à l’affrontement, le gouvernement et les députés libéraux se préparent des points de sortie que l’on nomme ici « accommodements raisonnables », ce que lui reproche déjà l’opposition !

En fait, on marchande pour savoir qui sont les fonctionnaires qui devront se plier à cette nécessité de se présenter sans signe religieux visible: les policiers, les gardiens de prison, les procureurs, les juges certes, mais les professeurs, peut-être pas….. L’opposition demande clairement l’interdiction de la burqa, du niqab et du tchador, ce qui ne figure pas explicitement dans le projet de loi. Chacun a conscience qu’il s’agit en fait d’un débat identitaire qui ne dit pas son nom.

Les questions posées au Parlement québécois sont claires: « pourra-t-on prendre l’autobus, se présenter à une bibliothèque ou recevoir des soins à l’hôpital » à visage non découvert sans avoir bénéficié d’un accommodement raisonnable, c’est à dire dérogatoire à titre individuel. Très compliqué… Très très très compliqué. Et comme dans le même temps des groupes extra parlementaires s’affichent dans la rue avec des intentions d’affrontements au sujet des immigrants, on peut s’attendre à un automne assez chaud !

Tags
#Canada, #Islam
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2017 Par Proximity Agency