iloubnan.info
( Publicité )
Société

#Undress522 : l'article 522 toujours dans la ligne de mire des ONG au Liban

BEYROUTH | iloubnan.info - Le 24 avril 2017 à 19h04

Un projet de loi a bien été rédigé pour éliminer l’article 522 du Code pénal libanais qui permet à un violeur de s’en sortir libre comme l'air... s’il épouse sa victime.

Reste maintenant à faire voter l’amendement de la loi.

L’association ABAAD poursuit ses efforts en ce sens, dans le droit-fil de la campagne qu’elle a lancée il y a quelques mois, et qui a fortement contribué à sensibiliser les Libanais à ce sujet, pour aboutir au projet de loi que l’on sait.

Le samedi 22 avril à 11h00, une installation artistique a ainsi eu lieu à Ain el Mraysseh à Beyrouth: 31 robes de mariée en papier ont été suspendues à ce qui ressemble fortement à des potences. Trente-et-une robes, pour symboliser les 31 jours de chaque mois où des femmes sont obligées d’épouser leur violeur, ce qui pour elles, déjà victimes, résonne comme une condamnation à mort.

Ghida Anani, fondatrice et directrice d'ABAAD, explique : "Nous sommes ici aujourd'hui pour souligner l'importance pour le Parlement d’approuver la proposition d'abolir l'article 522. Nous avons envoyé des invitations à tous les députés avec ce message: tout vote 'OUI' est un 'NON' à un violeur avant qu'il ne commette son crime".

L'installation a été réalisée par l'artiste de Mireille Honein, qui a choisi de soutenir cette campagne intitulée "Undress 522" (« déshabillez le 522 »). Le travail de Mirelle Honein, artiste mondialement connue, est dédié à la lutte pour des valeurs de différence, d'échange, de dignité et de choix.

Sur la base de son engagement envers les femmes, elle a ainsi créé plusieurs sculptures et installations, y compris son travail actuel pour l’abrogation de l'article 522. Son œuvre sur le thème des femmes et du corps a été sélectionné pour l'exposition « Women in Art » qui se tiendra à la "Muse de France" en 2019.

Le ministre d'État aux affaires féminines, Jean Oghassabian, qui était présent pour l'installation, a souligné à cette occasion la nécessité de voter immédiatement pour l'abolition de la loi. La mise en scène a également reçu une réponse très positive de la part des passants, qui ont affiché leur soutien en signant la pétition anti 522 que leur présentaient les bénévoles mobilisés pour l’occasion.

Tags
#522, #Viol, #undress522
Donnez votre opinion
2 Commentaires
Elodie Morel Lebbos
03 mai 2017 à 17h31
Bien dit, cher Houari !
houari
26 avril 2017 à 01h11
Les actions au sommet sont très utiles. Il faut aussi penser à la base. Il faut mener des actions de sensibilisation, de prévention et d'action.
Par exemple dans les écoles, le message doit passer auprès des filles mais aussi des garçons. Des cellules d'accueil doivent être mises en place pour dialoguer, prévenir et accueillir.
Les étudiants en médecine doivent avoir dans leur cursus une formation spécifique à ce sujet et au viol.
Les policiers aussi doivent être formés à ce sujet.
La conscience de toute la société à tous les niveaux doit s'éveiller. Le viol est un crime qui doit être punis !
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2017 Par Proximity Agency