iloubnan.info
( Publicité )
Société

Les cartes électroniques du PAM : principale source de revenus des deux tiers des réfugiés Syriens au Liban

BEYROUTH | iloubnan.info - Le 26 fvrier 2017 à 10h43
Le programme de bons d'achats alimentaires électroniques a été lancé par le PAM en 2013 (en partenariat avec Mastercard). Ce système apporte un soutien à la fois aux réfugiés syriens au Liban et à l'économie locale, puisque les bénéficiaires peuvent s'approvisionner dans 500 points de ventes partout dans le pays. Photo: World Food Program, 2013.

Au cours du quatrième trimestre 2016, le Programme alimentaire mondial (PAM) a assisté 644 109 réfugiés syriens enregistrés au Liban par le biais de cartes électroniques, et 19 575 réfugiés palestiniens de Syrie grâce à des transferts de fonds. C'est en tout cas ce qu'a indiqué l'organisme onusien, dans un rapport dont les chiffres sont repris cette semaine par le Lebanon This Week de la Banque Byblos.

Le PAM fournit une aide alimentaire aux réfugiés syriens les plus vulnérables enregistrés auprès du Haut-commissariat aux réfugiés des Nations Unies, par le biais de "e-cards" (cartes électroniques). Ce système est la principale forme d'aide alimentaire au Liban pour les réfugiés Syriens qui ne peuvent pas subvenir à leurs besoins alimentaires de base. Ces "bons d’achat alimentaire électroniques" ont été lancés au Liban par le PAM en 2013. Il doivent permettre à des centaines de milliers de réfugiés syriens de subvenir à leurs besoins alimentaires, et soutenir également l’économie locale: les e-cards sont créditées chaque mois de 27 $ par personne et peuvent être utilisées pour acheter de la nourriture auprès de commerçants locaux; aujourd'hui, 500 points de vente ont rejoint le programme à travers le Liban.

Toujours selon le Programme alimentaire mondial, et toujours pour le quatrième trimestre 2016, l'aide alimentaire via cartes électroniques représente la principale source de revenu pour 67% des ménages bénéficiant de l’assistance du PAM. La seconde source de revenu provient de travaux de main-d'œuvre non qualifiée.

Il a indiqué que les ménages syriens assistés par le PAM ont dépensé en moyenne 548 dollars par mois au quatrième trimestre de 2016, soit 134 dollars par habitant; Tandis que les ménages non assistés ont dépensé en moyenne 528 $ par mois, soit 95 $ par habitant.

Il a indiqué que la nourriture représente 49% des dépenses totales des ménages assistés par le PAM au quatrième trimestre de 2016.  Le loyer représente 18% de leurs dépenses, et les soins de santé 11%.

Selon le Programme alimentaire mondiale, l’endettement est l’un des fardeaux principaux de la plupart des ménages de réfugiés syriens. Le PAM note que les ménages non assistés ont déclaré un niveau d'endettement moyen de 1 022 $ par ménage, par rapport à un niveau d'endettement moyen de 760 $ par ménage assisté par le PAM.

Il souligne aussi que les ménages de réfugiés syriens assistés par le PAM ont en moyenne 2,4 mois de retard par rapport au loyer, tandis que les ménages non assistés ont environ 2,7 mois de retard.

Par ailleurs, le PAM a lancé le programme de surveillance des effets de la sécurité alimentaire (FSOM) afin de mesurer, chaque trimestre, les tendances en matière de sécurité alimentaire des bénéficiaires et des non-bénéficiaires de l'aide alimentaire. Le PAM et ses partenaires ont interrogé 582 ménages syriens déplacés en novembre 2016, dont 325 étaient assistés par le PAM et 257 non. Le questionnaire du FSOM comprenait des questions étroites pour évaluer la sécurité alimentaire, les dépenses et les processus. A suivre.

Tags
#PAM, #Réfugiés_au_Liban, #Réfugiés_syriens_au_Liban
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency