iloubnan.info
( Publicité )
Société

Le journaliste syrien Hadi Abdallah lauréat du prix Reporters sans frontières 2016

BEYROUTH | iloubnan.info - Le 07 novembre 2016 à 22h31

Hadi Abdallah, 29 ans, recevra ce mardi le prix Reporters sans frontières - TV5 Monde pour la Liberté de la presse, en catégorie Journaliste.

En catégorie Média, le prix revient au site d’informations chinois 64Tianwang. Et dans la catégorie Journaliste Citoyen, il est remis au couple chinois Lu Yuyu et Li Tingyu.

La cérémonie de remise des prix aura lieu ce mardi 8 novembre à Strasbourg, dans le cadre du Forum mondial de la démocratie. Aucun lauréat ne sera présent sur place. Mais Hadi Abdallah devrait apparaître dans une vidéo.

Le célèbre journaliste turc, Can Dündar, ex-directeur de la rédaction du quotidien Cumhuriyet, lauréat du Prix RSF 2015, sera invité d’honneur de la cérémonie, qui sera présentée par Philippe Dessaint de TV5 Monde. 

Journaliste indépendant, Hadi Abdallah rend compte de la réalité sur le terrain en Syrie depuis le début de la guerre. "Il a bravé de nombreux dangers" pour remplir sa mission, explique RSF. Il n’a pas hésité à s’aventurer dans des zones dangereuses où peu de ses confrères se risquent, afin de filmer et de permettre aux acteurs de la société civile d’être entendus de tous. En janvier dernier, il a été brièvement enlevé par le front Al Nosra. Hadi Abdallah a frôlé la mort à plusieurs reprises. On se souvient de la mort brutale de son cameraman Khaled al-Issa, tué en juin dernier dans l’explosion d’une bombe artisanale au domicile qu’ils partageaient. Lui-même a été grièvement blessé dans cette attaque.

RSF décerne également, dans la catégorie média, le prix au site d’information chinois 64Tianwang. Douze ans après que son fondateur, Huang Qi, a été récompensé par le prix cyber-dissident de RSF, 64Tianwang et ses journalistes-citoyens continuent de subir la répression systématique des autorités chinoises. Le site 64Tianwang, jugé subversif par le gouvernement, fait l’objet de nombreuses cyber-attaques et ses contributeurs prennent des risques considérables pour informer leurs concitoyens. En septembre dernier, les autorités chinoises ont arrêté cinq reporters à travers le pays, qui couvraient le sommet et les manifestations citoyennes en marge du G20 à Hangzhou. Malgré la répression, leur détermination n’a pas faibli. Comme l'explique Huang Qi, "en 18 ans d’activité, aucun journaliste de 64Tianwang n’a accepté de signer des aveux rédigés par les autorités" et aucun n'a ainsi contribué à la propagande du Parti, qui diffuse ces confessions sur CCTV et Xinhua dans le but de discréditer les voix dissidentes.

Le prix du journalisme-citoyen est remis au couple de Chinois Lu Yuyu et Li Tingyu.

Arrêtés le 15 juin 2016, ces deux journalistes ont été détenus au secret pendant plus de trois semaines avant de pouvoir consulter des avocats. Accusés de “troubles à l’ordre public”, pour avoir documenté les grèves et les manifestations citoyennes dans toute la Chine, ils risquent aujourd’hui de lourdes peines d’emprisonnement et de mauvais traitements en détention.

“Nous sommes très heureux de décerner le prix à des journalistes et des médias qui se sont illustrés par leur professionnalisme et leur courage, dans des pays où le journalisme s’exerce bien souvent au péril de sa vie, déclare Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières. A 29 ans, Hadi Abdallah est devenu les yeux de la communauté internationale, témoignant des atrocités quotidiennes perpétrées en Syrie, un des pays les plus meurtriers pour la profession. Lu Yuyu et Li Tingyu font partie de la triste liste des 80 journalistes-citoyens et blogueurs emprisonnés en Chine, payant le prix fort de leur engagement pour une information libre et indépendante. Un combat héroïque mené également par le site d’information 64Tianwang lui aussi dans le collimateur de Pékin.

Tags
#Journalisme, #Liberté_de_la_presse, #RSF, #Syrie
Donnez votre opinion
1 Commentaires
houari
08 novembre 2016 à 09h47
RSF et TV5 monde sont bien connu pour parti pris et leur soutien à la déstabilisation de la Syrie.
A RSF et TV5 on y retrouve beaucoup d'agents de la DGSE qui opèrent sous couverture journalistique.
Cette couverture ne fait pas d'eux des journalistes libres et indépendant.
Ces espions soldats discréditent les vrais journalistes et les mettent en danger.
C'est un tabou d'en parler, mais cette situation nuit gravement au vrai journaliste. Tout le monde le sait et personne en parle, car des financements et des soutiens gouvernementaux sont fournis pour faire avaler la pilule.
Attention que la pilule ne devienne pas toxique !
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2017 Par Proximity Agency