iloubnan.info
( Publicité )
Société

Les nouveaux loups du Web: les portes ouvertes de la surveillance en ligne

BEYROUTH | Rue89 - Le 07 janvier 2016 à 08h00
Par Pierre Haski
Image extraite de la vidéo Les Nouveaux Loups du Web.

Le documentaire américain « Les Nouveaux Loups du Web », qui dénonce la fin de la vie privée en ligne, arrive après la bataille.

Le film s’achève sur une question qui nous est posée, à nous tous citoyens, utilisateurs d’Internet : « Est-ce que nous acceptons ? »...

Mais la question de conclusion aurait dû être le sujet de ces « Nouveaux Loups du Web », un documentaire américain signé Cullen Hoback, sorti ce mercredi 6 janvier : non pas « acceptons-nous ? », mais « pourquoi nous avons accepté ? ».

Car nous avons déjà dit oui en signant aveuglément les conditions d’utilisation des dizaines de sites, réseaux sociaux, messageries, sites de e-commerce, de médias, ou de rencontres sur lesquels nous laissons nos traces numériques. En toute conscience.

« Les Nouveaux Loups du Web » est un film qui arrive assurément trop tard, dans un monde où le débat public sur la vie privée ou la surveillance a eu lieu, l’information connue, ou en tout cas disponible. Et où rien n’a changé parce que les usagers l’acceptent passivement.

Ici même, Rue89 a été partenaire l’an dernier d’une magnifique production internationale de nos amis d’Upian, en partenariat avec Arte, intitulée « Do Not Track », qui permettait de prendre conscience concrètement et de manière assez ludique de ce qu’Internet sait de nous.

« Quatre ans trop tard »

Sherry Turkle, l’une des observatrices les plus pertinentes du monde numérique au MIT américain, dit dans le documentaire que nous nous sommes réveillés « quatre ans trop tard » par rapport à la montée du « tracking », celui des entreprises ou celui des Etats. C’est trop tard, dit-elle.

« Les Nouveaux Loups du Web » enfonce donc beaucoup de portes ouvertes, celles en particulier de ces fameuses conditions d’utilisation dont la lecture intégrale nous prendrait un mois par an si nous ne signions pas aveuglément, en sachant très bien le « deal » qui nous est proposé par les géants du Net :

« Nous vous offrons gratuitement des services formidables (messageries gratuites, partage de photos, des milliers d’heures de vidéo...),
en échange de vos données et du droit d’en faire un peu ce que nous voulons. »

C’est indolore, et bon pour notre pouvoir d’achat !

Ce documentaire réussit également le tour de force de parler longuement et en détail de la surveillance par les Etats, de la NSA américaine, des lanceurs d’alerte, sans jamais mentionner le nom d’Edward Snowden, l’ancien agent de la NSA qui a révélé l’étendue de l’action de son ancien employeur. Sortir en 2016 et faire l’impasse sur Snowden est impardonnable, sauf à réaliser que le film date de... 2013.

On préfèrera de ce point de vue le film de Laura Poitras, « Citizen Four », consacré à Snowden et tourné lui aussi en 2013, au moment où il lançait l’alerte à Hong Kong, avant de se réfugier en Russie.

Les « loups » sont parmi nous

Si « Les Nouveaux Loups du Web » réussit une chose, c’est de montrer comment Barack Obama, élu sur les décombres moraux de l’administration Bush, n’a pas pu ou voulu démanteler la surveillance de masse instaurée au lendemain du 11 septembre 2001, et l’a au contraire étendue.

En France, nous sommes entrés de plain-pied dans la même problématique avec la lutte antiterroriste qui légitime tout, permet tout. Les « loups » ne sont pas seulement dans la Silicon Valley, ils sont aussi parmi nous.

Alors, « est-ce que nous acceptons », demande le film en conclusion ? Ou est-ce que nous avons déjà accepté ?

PUBLIÉ INITIALEMENT SUR
Rue89
Tags
#Internet
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2017 Par Proximity Agency