iloubnan.info
( Publicité )
Politique

A propos de Darkest Hour… Y a-t-il un Churchill pour sauver le Liban ?

BEYROUTH | Le 22 janvier 2018 à 18h11
Par Edmond Rabbath
Gary Oldman dans le rôle de Winston Churchill dans Darkest Hour. (photo Copyright Universal Pictures International France).

Je viens tout juste de sortir du film Darkest Hour, et je ne vais pas vous en faire la critique cinématographique telle que vous pouvez l'attendre. Je ne vais pas vous parler de la réalisation de Joe Wright, ni de la façon dont Gary Oldman campe le personnage de Churchill. Mais je vais saisir l'occasion de parler de cette leçon de souveraineté donnée par Winston Churchill dans ce long métrage.

Winston Churchill est un homme fatigué, baigné dans ses tourments et ses doutes qu'il noie dans l'alcool et brûle en fumant ses cigares. Et pourtant il va sauver l'Angleterre et en faire le seul pays à tenir tête à l'Allemagne nazie de Hitler.

Tout le monde se méfie de lui, de ses plus proches dans le parti, l'ancien Premier ministre Chamberlain, l'armée, lord Halifax ami intime du roi, jusqu’au roi lui-même. Mais seul, et accompagné de sa seule rage, il va réussir à les convaincre que l'Angleterre doit rester maître de son destin, et ne pas se soumettre en acceptant l'accord de paix que nombreux en Angleterre veulent signer.

Tout est question de souveraineté dans le film. Celle de sauver les 300 mille soldats qui se trouvent à Dunkerque en rendant à l'armée sa dignité, et celle du peuple pour qui il a abandonné l'élite londonienne pour aller le rencontrer dans le métro, l'interroger et prendre son avis. Et la réponse du peuple est au-dessus de ce que pouvait attendre Churchill : plutôt mourir que d'accepter l'humiliation. Cette même humiliation qu'a acceptée Chamberlain après les accords de Munich pensant préserver une certaine stabilité en évitant la guerre. Et comme avait répondu à l'époque Churchill : vous avez perdu votre honneur et vous avez eu la guerre.

Or le peuple ne pense pas comme l'élite qui ne recherche que la stabilité économique pour engranger plus de bénéfices. Le peuple insiste pour garder la tête haute et sauver sa dignité et son honneur. Ainsi, avec sa maîtrise de la langue, usant de son charisme et fort du soutien de ces quelques personnes rencontrées dans le métro, Churchill fait voter la poursuite de la guerre au Parlement et sauve l'Europe des griffes de Hitler, pour devenir à mon avis la plus grande figure historique du 20e siècle.

Malheureusement, nous ne sommes pas le peuple britannique. Nous ne sommes pas en guerre contre Hitler mais nous n'avons pas non plus un Churchill pour mener le pays à bon port. Le leadership libanais a choisi la soumission au nom d'une politique d'apaisement qui va nous mener à notre perte. Le leadership libanais est devenu un pantin en bois qu'un marionnettiste anime dans son propre intérêt et celui de son guide iranien, lequel est très loin de l'intérêt national et de celui du peuple libanais… encore faudrait-il qu'il ait existé.

Mais nos darkest hours à nous arrivent à grands pas et tout le monde pratique la politique de l'autruche. Même ceux qui se prétendaient souverainistes se soumettent et refusent d'affronter l'ennemi en échange de quelques sièges, positions virtuelles ou participations à des affaires juteuses qui vont remplir leurs poches. Et celle qui se prétend être l'élite n'est pas en reste. Elle joue de démagogie en voulant régler les symptômes de la crise tout en ignorant le virus qui continuera à créer d'autres symptômes.

Il est temps de retrouver le courage pour se fixer comme unique but la victoire. La victoire contre le totalitarisme, la victoire contre la pensée unique, la victoire contre l'intégrisme, la victoire face à ceux qui veulent décider de notre avenir, de la paix ou de la guerre, de notre mode de vie et même des films que l'on doit voir ou pas. Et pour citer Churchill : "La victoire à tout prix, la victoire malgré toute la terreur, la victoire malgré la route longue et dure; car sans victoire, il n'y a aucune survie".

Mais se trouvera-t-il un Churchill pour nous mener vers la victoire ?

Tags
#Liban, #Opinion
Donnez votre opinion
1 Commentaires
houari
25 janvier 2018 à 00h36
Espérer une nouvelle croisade au moyen orient est vain.
Les 2 Bushs ont lancé les dernières croisades et ont échoué !
Attendre une solution extérieure est illusoire.
Osez discuter, dialoguer, échanger ! OSEZ ! Entre libanais !
La paix est intérieure.
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency