iloubnan.info
( Publicité )
Politique

La Ligue arabe: "Riyad et Manama ont le droit de défendre leurs territoires"

BEYROUTH | iloubnan.info, avec agences - Le 20 novembre 2017 à 10h55

“L’Arabie saoudite et Bahreïn ont le droit de défendre leurs territoires” respectifs, a déclaré la Ligue arabe hier dans un communiqué officiel qui rejoint la position agressive de Riyad à l’encontre de Téhéran. Ce communiqué accuse également le Hezbollah et les Gardiens de la révolution iraniens "de financer et d'entraîner des groupes terroristes à Bahreïn". Le texte "fait assumer au Hezbollah, dont des membres font partie du gouvernement libanais, la responsabilité de fournir aux groupes terroristes dans les pays arabes des armes sophistiquées et des missiles balistiques".

Ce communiqué a été diffusé à l’issue de la réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères des pays de la Ligue arabe au Caire, tenue hier dimanche à la demande de Ryad. Lors de la réunion, le chef de la diplomatie saoudienne, Adel al Jubeir, s’en est violemment pris à l’Iran et à ses “agents”, en reference au Hezbollah (parti libanais lourdement armé par Téhéran) et aux Houthis (groupe rebelle soutenu par l’Iran au Yémen).

"L'Arabie saoudite ne restera pas les bras croisés face aux agressions de l'Iran et n'épargnera aucun effort pour défendre sa sécurité nationale", a dit M. Jubeir selon selon l’AFP.

"Garder le silence sur les agressions iraniennes à travers ses agents dans la région ne mettra aucune capitale arabe à l'abri des missiles balistiques", a-t-il ajouté.

Il faisait allusion à un missile intercepté le 4 novembre par l'armée saoudienne au-dessus de l'aéroport de Ryad. Les rebelles Houthis ont revendiqué ce tir. Selon Riyad, ce missile était de fabrication iranienne. Téhéran a démenti cette affirmation.

Même ton du côté du chef de la diplomatie de Bahreïn. Ce royaume allié de l’Arabie saoudite a pour sa part pointe du doigt le Hezbollah, estimant que le parti qu’il qualifie de “terroriste” est actif non seulement au Liban mais qu’il “traverse toutes les frontieres de nos nations” et qu’il constitue une “menace pour la sécurité nationale arabe”.

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, doit prononcer lundi un discours à propos des tensions irano-saoudiennes et de la crise qui en découle au Liban: le Premier ministre libanais a annoncé le 4 novembre sa démission alors même qu’il se trouvait en Arabie saoudite. L’ensemble de la classe politique libanaise, ainsi que de nombreux analystes, ont estimé que l’Arabie saoudite avait forcé Saad Hariri à démissionner, pour mettre un terme à son rapprochement avec Hezbollah, dont des membres figurent au sein du gouvernement libanais d’union nationale.  

Tags
#Ligue_arabe
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2017 Par Proximity Agency