iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Riyad affirme que Saad Hariri peut quitter l'Arabie saoudite "quand il veut"

BEYROUTH | iloubnan.info, avec agences - Le 16 novembre 2017 à 17h51

Saad Hariri peut partir "quand il veut". C'est ce qu'a affirmé jeudi le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel Al Jbeir, au cours d'une conférence de presse conjointe avec son homologue français Jean-Yves Le Drian, en visite à Riyad.

Le Premier ministre libanais démissionnaire Saad Hariri est libre de quitter l'Arabie saoudite "quand il veut", a assuré Adel al-Jubeir, opposant ainsi un démenti aux accusations des autorités libanaises, selon lesquelles M. Hariri serait assigné à résidence à Riyad.

Rappelant que le Premier ministre libanais possède aussi la nationalité saoudienne, Adel Al-Jubeir a affirmé que Saad Hariri "est ici de sa propre volonté" et il peut partir "quand il veut, selon son évaluation de la situation de sécurité". M. Hariri était arrivé vendredi 4 novembre au soir à Riyad pour y rencontrer le prince héritier. Le lendemain, il annonçait sa démission depuis la capitale saoudienne, expliquant craindre pour sa sécurité, en pointant notamment l'Iran et son allié libanais, le parti lourdement armé Hezbollah. La classe politique libanaise ainsi que de nombreux analystes ont estimé que cette démission avait eu lieu sous la pression de l'Arabie saoudite, rival de l'Iran dans la région, qu'elle cherche à déstabiliser face aux multiples avancées de Téhéran dans le monde arabe.

Le ministre saoudien a ainsi déclaré lui aussi que la crise au Liban avait été provoquée par le Hezbollah "qui a pris le régime libanais en otage", qualifiant ce parti d'"outil entre les mains des Gardiens de la Révolution Islamique iranienne".

"Le monde entier s'accorde, de façon quasi unanime, sur la qualification du Hezbollah d'organisation terroriste. Il faut respecter l'accord de Taëf et désarmer le Hezbollah. Il faudrait trouver un moyen de traiter avec lui et des mesures sont prises à cet égard", a-t-il poursuivi.

Par ailleurs, M. Jubeir a expliqué que les discussions avec M. Le Drian avaient été "positives et fructueuses, reflétant les relations historiques avec la France".

"Nous nous sommes penchés sur les ingérences iraniennes et la situation générale dans la région. Nous apprécions la position de la France qui a refusé que Riyad soit visé par un missile balistique", a-t-il dit, avant d'annoncer, en conclusion, que la réunion de l'opposition syrienne aura lieu mercredi prochain.

Pour sa part, M. Le Drian a affirmé que sa visite en Arabie Saoudite s'inscrivait dans le contexte du "partenariat historique avec le Royaume".

Il a souligné que les points de vue français et saoudien concordaient en ce qui concerne les dossiers régionaux.

"Nous avons discuté du dossier libanais et nous nous sommes entendus sur l'importance de sauvegarder la stabilité du Liban qui devrait rester à l'abri des ingérences étrangères", a-t-il expliqué.

M. Le Drian a en outre révélé que la France était "inquiète" de la "tentation hégémonique" de l'Iran au Moyen-Orient, mentionnant en particulier le programme de missiles balistiques de Téhéran.

"Nous avons évoqué le rôle de l'Iran et les différents domaines dans lesquels les actions de ce pays nous inquiètent. Je pense en particulier aux interventions de l'Iran dans les crises régionales, à cette tentation hégémonique et je pense à son programme balistique", a déclaré le ministre français.

Au sujet de la Syrie et de l'Irak, M. Le Drian a qualifié "d'immense satisfaction" la défaite annoncée du groupe Etat islamique dans ces deux pays. Elle "crée aussi de nouveaux défis, notamment la recherche de solutions durables et conformes aux aspirations des populations dans toute leur diversité", a-t-il souligné. "Nous sommes en train de gagner la guerre, il faut se préparer dès à présent à ne pas perdre la paix", a-t-il dit.

Il a enfin annoncé qu'il allait rencontrer le Premier ministre libanais Saad Hariri, lequel a accepté l'invitation du président Emmanuel Macron à se rendre en France

Tags
#ArabieSaoudite, #SaadHariri
Donnez votre opinion
1 Commentaires
houari
17 novembre 2017 à 20h41
Hariri fait honte au Liban et à son père......
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2017 Par Proximity Agency