iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Le Premier ministre Saad Hariri démissionne, attaque violemment le Hezbollah et l'Iran

BEYROUTH | iloubnan.info, avec agences - Le 04 novembre 2017 à 14h09

Le Premier ministre Saad Hariri a annoncé samedi qu’il démissionnait de la tête du gouvernement. Il a fait cette annonce depuis l’Arabie saoudite, où il s'est rendu hier vendredi, pour une “visite de travail”. Il a néanmoins indiqué avoir informé le président de la république Michel Aoun de sa démission dès hier par téléphone.

Cette démission intervient alors que l'Arabie saoudite n'a de cesse de critiquer le Hezbollah et l'Iran pour leur rôle régional. Le Patriarche maronite Raï, représentant chrétien majeur au Moyen Orient, a été pour la première fois officiellement invité à visiter l'Arabie saoudite par le roi Salmane ben Abdel Aziz et le prince héritier Mohammad ben Salmane. Cette visite est prévue dans le courant du mois de novembre.

Dans son annonce d'aujourd'hui, qui a été retransmis par la chaîne télévisée Al-Arabiya, Saad Hariri a dénoncé la mainmise de l'Iran et du Hezbollah sur le Liban et leur rôle dans la région, accusant Téhéran de "semer la zizanie sur son passage".

"Les ingérences de l'Iran dans la région en constituent la preuve et montrent sa rancune à l'encontre de la nation arabe (...)", a-t-il dit, accusant ce pays de vouloir tirer le Liban de son environnement arabe et signalant que l'ambiance au pays était similaire à celle qui avait précédé l'assassinat de son père, le Premier ministre Rafic Hariri.

L'annonce de Saad Hariri a suscité des réactions de soutien de la part de certains de ses anciens partisans, qui avaient jusqu'à présent pris leurs distance avec le Premier ministre au regard de son rapprochement et de ce qu'ils considéraient comme sa "soumission" vis-à-vis du Hezbollah et de l'Iran.

"Le Hezbollah a réussi à imposer un statuquo par la force de ses armes. Je voudrais dire à l'Iran et à ses partisans qu'ils seront perdants (...). J'avais promis d’oeuvrer pour l'unité des Libanais, de mettre un terme au clivage politique et de consolider le principe de dissociation (...). Toutefois, les clivages sont là et les intérêts individuels priment sur ceux nationaux (...). Cette ambiance est similaire à celle qui a précédé l'assassinat de Rafic Hariri", a-t-il ajouté.

Rafic Hariri, ancien Premier ministre libanais, et père de Saad Hariri, avait été assassiné en 2005 dans un attentat dont les coupables ne sont toujours pas jugés. Mais ce sont des membres du Hezbollah, parti libanais lourdement armé par l'Iran, qui se trouvent sur le banc des accusés suite à l'enquête menée sur cet attentat par le Tribunal international pour le Liban.

Commentant  la démission de Saad Hariri, le conseiller du ministre iranien des Affaires étrangères Hussein Cheikh al-Islam a déclaré aujourd'hui : "Je souhaite que Saad Hariri ait la sagesse de son père ". 

Le Premier ministre démissionnaire a laissé entendre dans ses déclarations qu'il craignait pour sa vie. Des rumeurs, rapidement démenties par les Forces de sécurité intérieure, ont pour leur part circulé sur les réseaux sociaux sur un plan d'assassinat dont il serait la cible. 

En annonçant sa démission, Saad Hariri a conclu être "certain que la détermination des Libanais sera la plus forte et qu'ils pourront vaincre la tutelle interne et externe".

Tags
#14Mars, #Hezbollah, #SaadHariri
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2017 Par Proximity Agency