iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Samir Frangieh est mort

BEYROUTH | iloubnan.info - Le 11 avril 2017 à 22h00
Par Elodie Morel

Samir Frangieh vient de mourir, des suites d’un cancer, à 71 ans. L’ancien député, grand intellectuel au sens le plus noble du terme, co-auteur de l’Appel de Beyrouth et ouvrier de la révolution du Cèdre, etait ces derniers temps très affaibli. On s’attendait  du coup un peu à cette nouvelle, tombée ce mardi 11 avril après-midi.

On s’y attendait peut-être, mais quel chagrin. Quelle tristesse.

Samir Frangieh, c’etait un peu celui vers qui l’on se tournait quand on ne comprenait plus rien aux voltes-faces politiques libanaises. C’était le garant d’une éthique, d’une morale dans les moments où ces valeurs semblaient disparaitre (ce qui se produit assez souvent malheureusement). C’était le grand défenseur d’un Liban du Vivre Ensemble. 

La perspective d’une conversation avec Samir Frangieh, plein de bon sens quant à la nature humaine, c’était un peu comme une lueur, qui vous guidait au milieu des sombres petits calculs des uns et des autres pour leur pouvoir personnel.

Envers et contre tout, il y avait toujours de l’espoir chez Samir Frangieh. Lors d’une première rencontre au Parlement en 2006, alors que le monde croyait dur comme fer à une nouvelle plongée du Liban dans la guerre civile, il m’avait dit: “Tu sais, (il tutoyait facilement les gens), dans ‘Guerre Civile’ il y a le mot ‘Civil’. Et en fait les civils, justement, ici au Liban, en ont marre de la guerre, ils n’en veulent plus. Ils ne tomberont plus dans ce piège”.

Sur ce plan il avait bien raison: le Liban, même au plus bas, est resté jusqu’à maintenant relativement calme dans un environnement régional ou la violence a repris peu a peu ses droits. La violence, tellement inutile, et qu’il explique tellement bien dans son ouvrage “Voyage au bout de la Violence”, à lire absolument pour ceux qui ne l'ont pas déjà fait.

Voilà. Samir Frangieh était un personnage extraordinaire. Son absence due à la maladie, pesait déjà lourdement sur les projets politiques auxquels il avait pris part ces dernières années. Sa disparition est un cruel coup porté à tous ceux qui croient encore et toujours, malgré tout, au Liban du Vivre Ensemble, proclamé par la foule, un certain 14 mars 2005.

Tags
#SamirFrangieh
Donnez votre opinion
1 Commentaires
houari
12 avril 2017 à 15h33
Tout le monde va louer Samir Frangieh. Et effectivement, il a été un Homme extraordinaire.
Sa mort peut être l'occasion pour voter la nouvelle loi électorale en son honneur et en sa mémoire.
Tous les députés seront là... Réunissez les et faites les jurer de voter la loi.
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2017 Par Proximity Agency