iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Hassan Nasrallah: les victoires militaires en Syrie ont ouvert la voie à des réconciliations nationales

BEYROUTH | iloubnan.info / NNA - Le 12 février 2017 à 20h18

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a abordé dimanche dans un discours plusieurs questions relatives à la situation sur la scène libanaise et syrienne à la lumière des derniers développements militaires et politiques en Syrie. Il s’exprimait à l’occasion d’une cérémonie organisée par le Hezbollah en hommage à l'un des fondateurs du parti et membre du comité central, Cheikh Hussein Obeid, décédé il y a une semaine.

Hassan Nasrallah a répondu à ceux qui accusent le Hezbollah de violer le cessez-le-feu en Syrie et de ne pas respecter les décisions prises lors des pourparlers d'Astana.
Le Hezbollah soutient fermement tout cessez-le-feu en Syrie. Il est favorable à tout ce qui donne une chance à la réussite des réconciliations dans les régions syriennes", a-t-il affirmé. Selon lui, ceux qui accusent le parti de ces faits sont justement ceux qui veulent la poursuite des hostilités en Syrie.
Selon M. Nasrallah, le Hezbollah a même "contribué à la réussite de plusieurs réconciliations entre les autorités et des rebelles dans certaines régions syriennes, en soutenant les médiations en question."

Il n’a cependant pas donné d’exemple précis.
"Nous sommes en faveur de tout compromis intérieur en Syrie, nous sommes aussi prêts à aider dans ces ententes", a-t-il ajouté, soulignant dans ce contexte l'attachement du Hezbollah au règlement des crises humanitaires en Syrie, surtout dans les localités de Fouaa et Kafria et dans d'autres comme Zabadani et Madaya. (A Madaya, le Hezbollah a été pointé par ses opposants comme étant l’un des acteurs majeurs du siège qui a affamé la population pendant des mois).
Concernant des accusations lancées contre le parti de provoquer des changements démographiques sur la scène syrienne, Hassan Nasrallah a qualifié ces propos de "purs mensonges", niant qu'il y ait aucune forme de changement démographique sur le terrain.

"Les propos sur des changements démographiques visent à provoquer la discorde confessionnelle et sectaire, puisque ceux qui les lancent ne possèdent plus aucune logique pour couvrir leur guerre contre la Syrie", a-t-il affirmé.

Le chef du Hezbollah a estimé que les victoires militaires récemment remportés en Syrie, ont ouvert la voie à des réconciliations nationales et ont créé des zones sécurisées et calmes. Selon lui, plusieurs grandes villes syriennes jouissent de stabilité, un fait qui doit pousser les autorités libanaises à œuvrer pour y rapatrier les réfugiés syriens résidant au Liban.
"Le Liban souffre de ce dossier urgent, ce n'est pas un dossier confessionnel et sectaire, il constitue une pression sur tous les Libanais qui doivent le traiter selon une approche humanitaire et non politique. Nul ne doit exploiter les réfugiés et les utiliser comme outils pour les prochaines périodes", a-t-il martelé.

Selon ses propos, la solution ne consiste pas à "mendier des aides", mais plutôt à déployer des efforts pour permettre aux réfugiés de rentrer dans leurs villes et villages.

"La responsabilité du gouvernement libanais et des forces politiques consiste à convaincre ces réfugiés de rentrer dans leur pays, même en ayant recours aux responsables des réconciliations en cours sur le terrain en Syrie', a-t-il expliqué.
D'après lui, le gouvernement libanais doit renoncer à sa position obstinée de ne pas mener un dialogue avec son homologue syrien et entamer un dialogue direct avec ce dernier, sur la présence et le retour de 1 million et demi de réfugiés syriens en Syrie.

"La mendicité ne règle pas le problème, il faut adopter une position nationale sérieuse, nous sommes d’ailleurs prêts à aider à ce propos", a-t-il affirmé.

Sayed Nasrallah a affirmé que la donne en Syrie a changé grâce à la lutte des Syriens, commandement, armée et peuple, "ce sont eux qui ont refusé de se soumettre au terrorisme et qui ont résisté sur le front".
Concernant la situation libanaise intérieure, le chef du Hezbollah s'est félicité de la stabilité politique et sécuritaire, en dépit du différend sur la loi électorale, rappelant qu'il y existe une position quasi-unanime sur la nécessité de la tenue des élections législatives. Il a souligné l'importance de l'échéance relative à l'approbation de la nouvelle loi électorale.
"Pour le Hezbollah, nos convictions sont claires, tout comme le mouvement Amal, le CPL et les autres alliés. Nous sommes favorables à la proportionnelle", a-t-il dit.

Selon ses propos, le parti est favorable à une loi juste et équitable qui ne supprime la présence d'aucun parti ou communauté.

"La majoritaire est une loi injuste", a-t-il noté, donnant l'exemple des députés qui remportent la victoire avec 51% des voix, alors que ceux qui remportent les 49% ne sont pas représentés au parlement.
Et d'expliquer que ces derniers sont privés de représentation, quelle que soit la forme ou le nombre des circonscriptions.
Il a affirmé que la proportionnelle est juste par nature, parce qu'elle donne à chacun son doit.

"La proportionnelle n'élimine aucune communauté et aucun parti, elle n'élimine ni les Druzes, ni les PSP, ni toute autre communauté; au contraire, chacun sera représenté selon sa taille et son droit", a-t-il déclaré.

"C'est ce que nous voulons dire lorsque l'on affirme que l'édification de l'Etat passe par la loi électorale, en dépit du fait que la proportionnelle ne sert pas notre intérêt partisan", a-t-il ajouté.
Il a appelé à considérer le projet de loi électoral dite de Mikati comme point de départ. " C'est la seule issue à l’impasse actuelle", a-t-il estimé notant toutefois que son parti, engagé dans la proportionnelle, est ouvert à tout dialogue ou discussion qui aboutit à une juste représentation.

Sur le plan sécuritaire, le leader du Hezbollah a appelé les Libanais à "remercier Dieu" pour la stabilité sécuritaire actuelle, dans le contexte des turbulences régionales.

Selon lui, les Libanais doivent "préserver cette grâce" par tous les moyens. Dans ce contexte, il a salué les efforts de l'armée, des services de Renseignements et la coopération des forces politiques avec les forces de l'ordre.

A propos de la situation sécuritaire dans la Békaa, Hassan Nasrallah a appelé l'Etat et ses organes, à assumer leurs responsabilités d'une manière juste et conformément aux lois, puisque la sécurité est une responsabilité qui incombe à tous, y compris aux citoyens, aux Oulémas et à tous les individus de la société.

En fin de discours, le secrétaire général du Hezbollah a abordé les discussions sur le projet du budget, refusant catégoriquement toute nouvelle imposition qui atteigne les classes pauvres et rappelant que la majorité du peuple libanais en faisait désormais partie.

"Trouvez une solution à l'arrêt du détournement des fonds, du gaspillage et des dépenses non nécessaires", a-t-il dit, notant que ce fait nécessitait une décision politique courageuse, qui n’impacte pas le pouvoir d’achat des citoyens.

Tags
#Hassan_Nasrallah, #Hezbollah, #Syrie
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2017 Par Proximity Agency