iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Première réunion post-Astana entre l’Iran, la Turquie et la Russie pour "consolider le cessez le feu" en Syrie

PARIS | iloubnan.info - Le 08 février 2017 à 13h22
Photo: United Nations News Service

Les délégations de la Russie, de la Turquie et de l'Iran et des représentants des Nations Unies ont tenu leur première réunion post-Astana mardi, pour discuter de la mise en place d'un régime de cessez-le-feu en Syrie qui a été décidé lors des entretiens du 23-24 janvier dans la capitale du Kazakhstan.

L'accord conclu à Astana implique la mise en place d’un groupe d’experts pour surveiller le cessez-le-feu, négocié au départ fin décembre par la Russie et la Turquie. L’Iran est entré dans le paysage de cet accord, alors qu’il n’en faisait pas partie au départ, à son grand dam et malgré ses liens avec la Russie (Moscou et Téhéran soutiennent le président Bachar el Assad).

"Les participants (à la réunion de mardi ndlr) ont discuté de la mise en œuvre du régime de cessez-le-feu en Syrie et de mesures spécifiques, visant à faciliter le mentorat et l’efficacité des vérifications pour assurer le respect du cessez-le-feu, en définir les modalités et prévenir toutes provocations," a déclaré Yara Sharif, porte-parole du Bureau de l'Envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, à des journalistes à Genève.

Les participants ont également discuté des mesures à prendre pour instaurer un climat de confiance et ainsi permettre un accès humanitaire à toutes les zones qui en ont besoin.

Les délégations ont déclaré qu'elles étaient prêtes à poursuivre leur collaboration pour assurer la pleine application du régime de cessez-le-feu en Syrie.

Le problème, c’est que sur le terrain, le cessez-le-feu n’est pas respecté partout. Les violations concernent toutes les parties au conflit mais on retient notamment celles des Russes et des milices soutenues par l’Iran, qui bombardent la région de Wadi Barada par exemple et provoquent des déplacements vers Idlib de populations fuyant les attaques.

Aucune réponse officielle n’est a priori donnée par l’ONU à ce sujet. Pour l’heure, Mme Sharif a déclaré que l'Envoyé spécial de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, avait accueilli favorablement la réunion et exprimé l'espoir que ces efforts renforceraient le cessez-le-feu sur le terrain et contribueraient ainsi aux pourparlers inter-syriens organisés par l'ONU à Genève en vue d'un règlement politique du conflit.

S'exprimant sur la visite de M. de Mistura aux États-Unis, Mme Sharif a déclaré que l'Envoyé spécial avait pu mener une série de rencontres "fructueuses" avec la nouvelle administration américaine. Sa rencontre bilatérale avec le nouveau secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson a été positive, a-t-elle ajouté, ajoutant que M. de Mistura l’avait informé des négociations intra-syriennes à venir et qu’il l’avait briefé sur le contexte.

Mme Sharif a également déclaré que les invitations aux pourparlers intra-syriens prévus le 20 février à Genève seraient envoyées le 8 février. "L'efficacité de ces négociations peut être considérablement renforcée par des négociations directes entre le Gouvernement syrien et une délégation de l'opposition unie," a-t-elle noté.

Ces pourparlers étaient initialement prévus le 8 février. Le 31 janvier, M. de Mistura avait annoncé leur report au 20 février, expliquant que ce délai permettrait de consolider le cessez-le-feu, d’envisager des concessions et de donner la chance aux groupes armés de se présenter comme "une seule opposition, unifiée."

Tags
#Astana, #ONU, #Syrie
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2017 Par Proximity Agency