iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Syrie: après un mois de "trêve", la Coalition enregistre 911 violations par le régime d'Assad

BEYROUTH | iloubnan.info - Le 01 fvrier 2017 à 10h44

Les forces du régime d'Assad ont violé la trêve au moins 911 fois depuis son entrée en vigueur le 29 décembre 2016, a déclaré mardi le Bureau de presse de la Coalition Nationale Syrienne.

"Les forces du régime et ses milices soutenues par l'Iran sont conjointement responsables de 114 violations, tandis que les milices soutenues par l'Iran sont responsables de 11 violations.
Au moins 823 personnes, dont 319 dans les zones couvertes par le cessez-le-feu, ont été tuées en Syrie au cours du mois," estime la Coalition.

Principal organe de l'opposition syrienne, la CNS ajoute que le régime a ciblé des zones civiles et des positions révolutionnaires, tandis que les milices étrangères ont pilonné Madaya, Zabadani et Baqqin (campagne de Damas).

Concernant les forces russes, elles ont, toujours selon la CNS, violé le cessez-le-feu 72 fois, "bien que la Russie soit un parrain de l'accord conclu avec la Turquie; ciblant la campagne de Damas, Alep, Hama, Deraa, Homs, Idleb, Quneitra et Lattaquié."

Sur le terrain, des activistes font en effet état de plusieurs attaques : dans la Ghouta Est ils affirment même que les forces du régime ont attaqué au chlore Maida'ani lundi.

Cette attaque chimique fait partie de l'assaut du régime et de ses milices étrangères sur Ghouta Est, déclarent les activistes, estimant que le recours au gaz intervient après que les combattants révolutionnaires de Maida'ani ont repoussé une violente attaque au sol du régime sur Ghouta Est. Un grand nombre de soldats pro-régime ont été tués et blessés dans les affrontements qui ont suivi l’assaut.

Wadi Barada (Nord-Ouest de Damas) a elle aussi été violemment pilonnée, depuis fin 2016, en un violent assaut du régime et des milices du Hezbollah qui vise selon l’opposition à forcer les habitants à fuir vers la province d'Idleb. Le conseil provincial d’Idleb a déclaré qu’in premier groupe d'évacués de Wadi Barada était arrivé dans la province d'Idleb lundi soir, suite à un "accord d'évacuation" forçant les habitants à quitter leurs maisons.

Les habitants de la région auraient été obligés d'accepter les termes de l'accord imposés par le régime et de partir. Le Conseil provincial a souligné le droit des Syriens déplacés de force à rentrer chez eux, dénonçant les changements démographiques provoqués par le régime d'Assad et ses alliés iraniens.

Tags
#CoalitionNationaleSyrienne, #Syrie
Donnez votre opinion
1 Commentaires
houari
01 fvrier 2017 à 13h13
Le CNS appréhende t il les conséquences électorales de ces déplacements ?
Si c'est le cas qu'il le dise clairement et qu'il arrête de tourner autour du pot !
Si le CNS est déjà dans un logique politique et électorale c'est qu'il sait déjà que l'affrontement militaire est vain.
Le meilleur sera à venir, quand le CNS devra désigner ses candidats pour les élections....
Vous allez tous rigoler !
Ça va être la foire ! Tout le monde voudra sa part du gâteau.
Assad n'aura plus qu'à diviser pour régner.
Le comble du comble sera qu'il pourra être élu démocratiquement par le peuple syrien.
De la politique fiction ???
L'avenir nous le dira. Mais si ça arrive ...appelez moi MADAME IRMA !
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency