iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Les parties au conflit au Yémen ont "violé les lois de la guerre en toute impunité" selon HRW

BEYROUTH | iloubnan.info - Le 13 janvier 2017 à 11h28
Le site des deux frappes aériennes menées contre le marché de Mastaba (nord-ouest du Yémen) par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite, le 15 mars 2016. © 2016 Human Rights Watch

Mardi matin, une jeune fille a été tuée et quatre autres personnes ont été blessées dans deux attaques près d'une école du district de Nihm, situé en dehors de la capitale yéménite, Sanaa.

"Ce dernier exemple montre que les attaques contre des zones civiles continuent de tuer et de blesser des enfants au Yémen", a déploré mercredi la Représentante de l'UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l'enfance) au Yémen, Meritxell Relaño, dans une déclaration à la presse. "Au lieu d'apprendre, les enfants sont témoins de la mort, de la guerre et de la destruction", a-t-elle ajouté.

L'UNICEF a une nouvelle fois appelé toutes les parties au conflit au Yémen à protéger les enfants et à mettre fin aux attaques sur les écoles, conformément aux obligations découlant du droit international humanitaire.

Depuis l'escalade du conflit au Yémen en mars 2015, les Nations Unies ont recensé la mort de près de 1400 enfants. Plus de 2140 autres enfants ont été blessés.

Près de 2000 écoles au Yémen sont actuellement hors d'usage en raison des destructions ou de dommages qu'elles ont subis, ou du fait qu'elles servent de refuge pour des familles déplacées ou qu'elles sont utilisées à des fins militaires.

"Les écoles devraient être des zones de paix en tout temps, un sanctuaire où les enfants peuvent apprendre, grandir, jouer et être en sécurité", a rappelé Mme Relaño. "Les enfants ne devraient jamais risquer leur vie pour aller à l'école".

Pour sa part, l'ONG Human Rights Watch indique dans son rapport mondial 2017 que les parties au conflit au Yémen ont "violé les lois de la guerre en toute impunité". Selon ce rapport, "les gouvernements concernés devraient chercher les coupables des violations passées et en cours et suspendre immédiatement les ventes d’armes à destination de l’Arabie saoudite."

Depuis mars 2015, la coalition dirigée par l’Arabie saoudite mène des opérations militaires, soutenues par les États-Unis et la Grande Bretagne, contre les forces houthistes et les forces fidèles à l’ancien Président Saleh. "La coalition a attaqué illégalement des maisons, des marchés, des hôpitaux, des écoles, des commerces civils et des mosquées," accuse HRW qui cite également le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, selon lequel, "au 10 octobre, au moins 4 125 civils avaient été tués et 6 711 avaient été blessés, la plupart par des frappes aériennes de la coalition."

Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient à Human Rights Watch, estime qu'"aucune des forces impliquées dans le conflit au Yémen ne semble craindre de devoir répondre de la violation des lois de la guerre. Les membres de l’ONU doivent exhorter les parties à mettre fin au massacre et à la souffrance des civils."

Tags
#UNICEF, #Yemen
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency