iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Syrie: Les bombardements à Wadi Barada entraînent une pénurie d'eau à Damas

BEYROUTH | iloubnan.info, avec agences - Le 04 janvier 2017 à 11h10

Damas et ses environs manquent d’eau : en cause, les bombardements du régime et du Hezbollah contre Wadi Barada, zone où se situe la source d’eau d'Ayn Al Fija, essentielle dans l’alimentation de la capitale et sa région.

Des Tweets circulaient dès hier émanant de l'opposition syrienne, mettant en garde contre les risques de contamination de l’eau suite à l’endommagement du réseau de distribution.

L’ONU a pour sa part prévenu hier (mardi) que l'absence d'eau à Damas et dans ses environs pourrait entraîner des maladies hydriques ainsi que d'autres problèmes de santé.

Wadi Barada est encerclée par les forces du régime et le Hezbollah depuis mi-2015, mais le siège s'est resserré fin décembre, le régime cherchant à conclure un accord d'évacuation et à reprendre le contrôle total de la zone.  Les bombardements aériens et à l'artillerie des forces du régime et du Hezbollah sur Wadi Barada ont fait plusieurs victimes et provoqué d'importants dommages aux infrastructures civiles vitales, notamment à la station de pompage d'eau d'Ayn Al Fija. Wadi Barada, principale source d'eau potable pour toute la région de la capitale, vit ainsi une pénurie d'eau depuis le 22 décembre.

Lors d'un point presse à Genève, Jens Laerke, porte-parole du Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA), a précisé qu'au moins 5,5 millions de personnes ne disposent pas d'un accès régulier à l'eau dans la capitale syrienne et ses alentours depuis le 22 décembre. Ces coupures d'eau sont le résultat des combats qui ont lieu dans la région de Wadi Barada, d'où provient la grande majorité de l'eau consommée à Damas.

L'ONU a reçu des informations indiquant que les autorités responsables de l'eau ont activé des plans d'urgence afin de répondre aux besoins en eau les plus minimes de la population.

Le porte-parole de l'ONU a expliqué que les Nations Unies ont réhabilité et équipé plusieurs puits dans Damas et ses alentours afin de subvenir aux besoins quotidiens d'environ un tiers de la population.

Depuis lundi, les Nations Unies ont commencé à ravitailler par camions citernes 50 écoles classées prioritaires ainsi que certaines zones rurales de Damas. L'ONU continue d'exhorter les parties au conflit à ne pas cibler les infrastructures hydriques.

Selon le média local Smart News Network, plusieurs écoles de Damas ont dû fermer en raison de la pénurie en eau. L'eau du robinet se fait rare dans la capitale et le prix de l'eau en bouteille a plus que doublé.

Dans certains quartiers les habitants sont contraints d'acheter l'eau à des fournisseurs privés, sachant que le prix et la qualité de l'eau ne sont pas réglementés. Un réservoir de 1000 litres d'eau douce est vendu à 25 000 livres syriens, et à 12 500 livres pour de l'eau salée. 

Tags
#Syrie
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency