iloubnan.info
( Publicité )
Politique

A ce rythme, l'évacuation d'Alep pourrait prendre trois semaines selon une ONG turque

BEYROUTH | iloubnan.info, avec agences - Le 16 décembre 2016 à 16h36

L'évacuation de la population restante d'Alep Est devrait prendre "entre 20 et 25 jours" selon le président de l'ONG islamique turque IHH, Bülent Yildirim. Il s'exprimait devant la presse, à Cilvegِzü en Turquie, et déplorait le manque de bus disponibles, affirmant que seul un tout petit nombre de personnes a pu être évacué. "Nous monterons la garde jusqu'à ce que l'évacuation soit terminée" a-t-il affirmé.

Pour l'heure, selon le directeur du Croissant rouge turc Kerem Kinic, cité par l'agence AFP, environ 50 blessés graves ont été accueillis en Turquie après l'évacuation de milliers de civils des quartiers Est de la deuxième plus grande ville de Syrie.  

Il a précisé que les blessés sont tous des civils qui viennent d'Alep-Est. 

Cette évacuation de civils a commencé jeudi, dans le cadre de l'accord conclu sous l'égide de la Russie (alliée du régime de Bachar el Assad) et de la Turquie (proche des rebelles). Des milliers de civils ont ainsi quitté Alep-Est jeudi.

Le président syrien devrait reprendre le contrôle de la totalité de la ville.  

Cependant, toujours jeudi, Staffan de Mistura, émissaire de l'Onu pour la Syrie, a affirmé qu'environ 50 000 personnes étaient toujours piégées dans les quartiers rebelles malgré l'accord d'évacuation. 

L'évacuation a été suspendue vendredi par le régime syrien qui accuse l'opposition de ne pas avoir respecté les termes de l'accord. 

Toujours cité par l'AFP, M. Kinik a annoncé que les ONG turques étaient en train de préparer un camp de 10 000 tentes pour les déplacés dans la province d'Alep, près de la frontière turque. 

"Selon le maire d'Alep-Est, 70 000 personnes vont être évacuées dans cette opération", a-t-il ajouté, précisant qu'il était aussi envisagé, dans le pire des cas, d'accueillir 30 000 personnes dans des camps de déplacés à Idleb" dans le nord-ouest de la Syrie. Selon lui, il ne s'agit pas de camps turcs. Ces camps sont gérées par des ONG syriennes locales, soutenues dans leur gestion par des associations turques qui fourniraient abris, infrastructure, systèmes sanitaires et d'hygiène ainsi qu'une assistance humanitaire régulière.

La ville d'Idleb est cependant déjà considérée comme la nouvelle cible à abattre par le régime syrien et par son allié russe.

Tags
#Alep, #Syrie
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency