iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Les occidentaux envisagent de nouvelles sanctions économiques contre la Syrie et la Russie

PARIS | iloubnan.info - Le 17 octobre 2016 à 11h08
Le chef de la diplomatie britannique Boris Johnson a dimanche appelé les Russes à "prendre pitié" des civils d'Alep. Pas sûr que Moscou soit sensible à cette requête.

De nouvelles sanctions économiques ciblées contre la Syrie et la Russie sont envisagées par les Occidentaux, en réponse au siège d'Alep, a déclaré hier le secrétaire d’État américain John Kerry à Londres.

M. Kerry s’exprimait à l’issue d’une réunion sur la Syrie qui a réuni les pays soutenant les rebelles. Il a annoncé "Nous envisageons des sanctions supplémentaires et nous voulons nous montrer clairs, le président Obama n'a exclu aucune option pour le moment".

La fermeté des propos ne reflète cependant pas grand chose de nouveau: M. Obama n’a peut être exclu “aucune option”, mais John Kerry a d’ores et déjà laissé entendre qu’une action militaire n’était pas à l’ordre du jour. "Nous discutons de tous les mécanismes à notre disposition mais je ne vois nulle part en Europe un grand appétit pour partir en guerre", a-t-il dit, en estimant qu’il fallait épuiser toutes les solutions diplomatiques. Le président Obama quittera de toute façon ses fonctions début 2017, après les élections présidentielles de novembre.

Le poids des mots a de nouveau été utilisé à l'issue de cette nouvelle réunion de dimanche (avec l’absence de conséquences que l’on sait) : M. Kerry a ainsi qualifié les bombardements contre les civils à Alep par l’aviation russe et syrienne de "crimes contre l'humanité". Boris Johnson a appelé Moscou à “prendre pitié.”

Lors du point presse commun avec John Kerry, le chef de la diplomatie britannique a indiqué que de "nombreuses mesures" avaient été proposées, "dont des mesures supplémentaires contre le régime et ses soutiens", qui toucheront “les auteurs de ces crimes”.

De son côté, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a rappelé que l’arrêt des bombardements sur Alep était un préalable à toutes les autres questions. "Nous sommes toujours prêts à parler avec les Russes et avec les Iraniens mais nous exigeons ce préalable qui est l'arrêt des bombardements" a-t-il dit.

Pour l'heure, ils continuent.

Tags
#Syrie
Donnez votre opinion
1 Commentaires
houari
17 octobre 2016 à 15h41
Vite ! Vite ! Vite !
Il faut sauver les djihadistes !
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency