iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Moscou n’apprécie pas qu’on l’accuse de crimes de guerre en Syrie

BEYROUTH | iloubnan.info, avec agences - Le 26 septembre 2016 à 20h25
Photo: Radio Hara FM

Moscou a réagi vivement aux accusations lancées à son encontre par les occidentaux lors d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU sur la Syrie. La France, les Etats Unis et la Grande Bretagne ont en effet fait quelques entorses à la langue de bois en accusant la Russie de crimes de guerre en Syrie : l'ambassadrice américaine à l'ONU, Samantha Power, a ainsi accusé Moscou de barbarie, tandis que l'ambassadeur français François Delattre a évoqué des crimes de guerre à Alep. L'ambassadeur britannique Matthew Rycroft a pour sa part évoqué une saisine de la Cour pénale internationale pour crimes de guerre.

Ces accusations interviennent alors que Moscou mène depuis jeudi une campagne de bombardement sans précédent à Alep, qui a fait quelque 150 morts, dont de nombreuses femmes et enfants. Les bombardements se sont concentrés sur les zones civiles dans les quartiers est d’Alep, tenus par les rebelles, opposants au régime de Bachar el Assad.

S’adressant à la presse, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov a déclaré: “Nous considérons le ton et la rhétorique des représentants de la Grande-Bretagne et des États-Unis comme inadmissibles et de nature à faire du tort à nos relations et au processus de règlement du conflit." Selon Moscou, les rebelles ont profité d’une trêve dans les combats pour “se regrouper et renouveler leur arsenal”, préparant selon les Russes de nouvelles offensives.

“Nous constatons également, sans céder à l'émotion, qu'il n'y a toujours pas eu de séparation entre la soit-disant opposition modérée et les terroristes à Alep,” a-t-il ajouté.

Bachar el Assad et ses alliés russes et iraniens qualifient de terroristes tout opposant au régime syrien.

Un accord sur la cessation des combats avait été annoncé par les Russes et les Américains le 12 septembre. Ce cessez-le-feu devait notamment permettre l’acheminement de l’aide humanitaire jusqu’aux civils piégés dans les zones assiégées.

Cette aide n’a cependant pas pu circuler librement pendant cette période, car les ONG considéraient que les routes n’étaient pas suffisamment securisées. Juste avant la fin de la trêve, un convoy de l’ONU, juste après s’être mis en route pour Alep, a été pris pour cible par un bombardement, qui a fait une vingtaine de morts.

“Et quand le gouvernement a déclaré unilatéralement la fin de la cessation des hostilités le 19 septembre, nous avons commencé à recevoir des informations sur l'utilisation de bombes baril et sur des frappes aériennes dans l'est d'Alep”, a indiqué hier lors de la réunion d'urgence l’Envoyé special de l’ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura.

Et depuis, “nous avons vu la situation dans l'est d'Alep se détériorer pour atteindre des nouveaux sommets dans l'horreur”, a ajouté l'Envoyé spécial. “Alors que le nombre de victimes augmente, des secouristes ont du mal à retirer les gens des décombres”.

Lors de la reunion d’urgence hier, il a dit: “Mon appel à ce Conseil aujourd'hui est le suivant : s'il vous plaît, développez une action commune pour faire respecter la cessation des hostilités en Syrie. Je suis toujours convaincu que nous pouvons changer le cours des événements”.

Compte tenu de la situation, on se demande comment. Dans une interview accordée à la radio France Info ce lundi matin, le chercheur Jean-Pierre Filiu a estimé que l'Envoyé spécial M. de Mistura devrait "cesser de se lamenter dans les couloirs de l'ONU, et se rendre dans les quartiers d'Alep. (...) La diplomatie demande beaucoup de courage" a-t-il dit.

Tags
#ONU, #Russie, #Syrie
Donnez votre opinion
1 Commentaires
houari
04 octobre 2016 à 11h34
Sans l'intervention de la Russie, le Liban aurait les barbares de Daesh en son cœur. il y a deux ans la frontière libanaise était au main d'Al Qaïda et de Daesh, c'est grâce à l'armée syrienne et l'armée russe qu'aujourd'hui le mal s'est PRESQUE éloigné.
Après la Syrie c'était au tour du Liban....
Poutine en défendant ses intérêts à indirectement sauvé le Liban.
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency