iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Alep: Le régime bombarde les locaux des Casques blancs

BEYROUTH | iloubnan.info - Le 24 septembre 2016 à 10h07
Une ambulance des Casques blancs. En haut à gauche de la photo, l'emblème de la Défense civile d'Alep.

Les militants à Alep ont déclaré que l'aviation du régime d'Assad, qui a repris sa campagne aérienne meurtrière sur les zones rebelles de la ville dès jeudi soir, y a bombardé les centres de la Défense civile (les fameux White Helmets, ou Casques blancs). Le bombardement a rendu deux centres hors service et a causé de graves dommages à l'équipement et aux véhicules utilisés par le personnel.

Selon la Coalition nationale de l'opposition syriene, les frappes aériennes sur les équipes de la Défense civile viennent en réponse à la nomination du Groupe de secours au prix Nobel alternatif. En effet, la Fondation Right Livelihood Award a nommé les Casques blancs pour leur bravoure exceptionnelle, leur compassion et leur engagement humanitaire envers les civils. Les Casques blancs (créés en 2013 en Syrie dans les zones libérées du régime), sont également nominés pour le Prix Nobel de la paix 2016.

Comme on le voit sur la photo ci-dessous, les Casques blancs n'ont clairement pas l'air de terroristes (terme employé par Assad et ses alliés pour qualifier tout opposant au régime syrien).

Au quotidien, ce sont ces secouristes qui viennent après chaque bombardement sauver les civils pris au piège des décombres de leurs maisons. Ce sont eux par exemple qui ont secouru le petit Omran. La photo de cet enfant syrien, sidéré, le visage en sang, assis à l'abri dans un véhicule des White Helmets, a fait le tour du monde cet été. 

En plus des centres de la Défense civile, les raids aériens du régime ont également frappé des installations civiles vitales dans les régions tenues par les rebelles de la ville, tuant et blessant des civils, dont des femmes et des enfants.

"Le régime d'Assad et les forces russes ont systématiquement ciblé les structures civiles vitales à Alep pour rendre la vie impossible dans la ville, affaiblir les Révolutionnaires et les forcer à accepter des accords de trêve et d'évacuation," a déclaré Riad Hassan, Secrétaire de l'Organe politique de la Coalition Nationale Syrienne. "Cette tactique, que le régime d'Assad a déjà employé à Homs et dans la banlieue de Damas, risque de porter atteinte au processus politique et sert à imposer un changement démographique en Syrie," a-t-il souligné.

Pour lui, l'attaque brutale des forces du régime et ses milices alliées étrangères sur les quartiers assiégés d'Alep-Est viole les résolutions internationales sur la Syrie et risque de compromettre les chances de parvenir à une solution politique.

"La politique de bombardement barbare, d'assiégement et d'affamement de la population civile pour la forcer à quitter la zone est un crime de guerre dont les auteurs doivent être jugés," a-t-il dit, estimant que "le silence de la Communauté Internationale sur ces violations est inacceptable".
 
Des militants à Alep ont déclaré que le régime d'Assad et l'aviation russe ont mené plus de 80 frappes aériennes sur les parties de la ville tenues par les rebelles, utilisant des armes internationalement interdites dont le napalm et le phosphore.

Tout ceci a lieu alors que l'Assemblée générale des Nations unies se tient à New York. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon, appelant à la fin des combats en Syrie, a affirmé dans un discours que l'incapacité de la communauté internationale à mettre un terme à la crise syrienne était "notre échec collectif". 

Tags
#Syrie
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency