iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Geagea: "Il faut améliorer le système actuel, au lieu de recourir à un autre qui pourrait être bien pire"

PARIS | iloubnan.info / NNA - Le 13 septembre 2016 à 09h19

Le chef des Forces Libanaises (FL), Samir Geagea, a signalé lundi que le blocage de la présidentielle ne visait pas à augmenter les chances du général Michel Aoun d'accéder à Baabda, mais représentait une tentative de changer le régime à travers une conférence constitutive.

"C'est pour cela que nous n'avons pas de président et que nous vivons une paralysie politique", a-t-il dit, dans un entretien accordé à la chaîne de télévision MTV.

M. Geagea a toutefois estimé que les tentatives de changer le régime n'aboutiront pas, parce qu'elles nécessitent un consensus. "Par la suite, nous ne craignons pas la conférence constitutive qui n'a aucune chance de réussir. Mais proposer une telle conférence en ce moment précis représente un retour en arrière pour le Liban", a-t-il dit.

"Il faudrait donc améliorer le système actuel, au lieu de recourir à un autre qui pourrait être bien pire", a-t-il ajouté, avant de rappeler que les tentatives de changer le régime avaient débuté onze ans auparavant, avec la fin de la tutelle syrienne.

Au sujet de la suspension du dialogue national, le chef des FL a affirmé qu'il était en faveur du dialogue en général, mais que les séances qui avaient été tenues ne menaient nulle part, "parce que plus les dossiers à discuter sont nombreux, plus il est difficile de parvenir à des résultats".

"Le principal dossier proposé était celui de la présidentielle. Qui a dit que cette crise ne pouvait être résolue qu'à travers un package-deal? Logiquement, quand on est dans l'incapacité d'élire un chef de l'Etat, comment pourrait-on s'entendre sur une loi électorale, un nouveau Premier ministre et ainsi de suite?" s'est-il demandé.

Le dialogue ne pourrait réussir que s'il regroupe cinq ou six participants, avec un agenda clair et une durée déterminée. "Toutes ces conditions faisaient défaut au dialogue suspendu", a dit Geagea.

Il a, en outre, réitéré son refus d'une nouvelle prorogation du mandat du Parlement actuel, insistant sur la tenue des législatives, "même en l'absence d'un président et selon la loi actuellement en vigueur".

"Le pays ne peut continuer ainsi. La majorité écrasante des Libanais veut une nouvelle loi électorale et, si certaines parties refusent ce fait, c'est que leurs intentions sont mauvaises", a-t-il martelé.

Commentant enfin l'acte d'accusation relatif au double attentat des mosquées al-Salam et al-Takwa, le chef des FL a considéré que l'Etat devrait demander officiellement à la Syrie de lui remettre les deux officiers incriminés. "Sinon, l'ambassadeur syrien à Beyrouth devrait être chassé et les relations diplomatiques avec ce qui reste du régime syrien suspendues, sans oublier la plainte que le Liban devrait déposer auprès du Conseil de Sécurité de l'ONU contre le régime d'al-Assad", a-t-il conclu.

Tags
#ForcesLibanaises, #Samir_Geagea
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency