iloubnan.info
( Publicité )
Politique

"Les Palestiniens sous l’Apartheid, l’occupation et le siège": une conférence à Montréal, dans un Canada très proche d'Israël

MONTREAL | iloubnan.info - Le 14 aot 2016 à 13h05
Par Yves Loiseau
Photo extraite de la page Facebook du Forum Social Mondial 2016 @FSM2016QuebecWSF

Pour parvenir à la grande conférence sur « les Palestiniens sous l’Apartheid, l’occupation et sous le siège », je dois traverser la place de la « Fierté Montréal » renommée ainsi en prévision du grand défilé de Gais, Lesbiennes et Trans qui doit se dérouler ici dimanche. Pour l’heure c’est un groupe de rock qui tient la scène. Je remonte la rue Sainte Catherine, le poumon de la capitale économique du Québec et je suis entouré par une manifestation de Queers qui se rendent en groupe à la place que je viens de quitter. On me somme avec une pancarte: « Avez vous annoncé à votre copine que vous êtes bi sexuel ».

Montréal est de tout temps une ville parfaitement cosmopolite mais là, avec le Forum Social Mondial et une chaleur qui dépasse les 30°C elle apparait comme étant encore plus diversifiée: c’est une ville qui se lâche. Ni freins ni contraintes.

Pourtant, dans cette partie de Montréal incroyablement animée, la police est visible partout. Elle n’a pas à agir mais sa présence est ostensible. Voitures blanches en surnombre avec les gyrophares bleus et rouges qui tournent en permanence.

J’arrive sur le Boulevard Saint Laurent qui jouxte le quartier des spectacles où les Festivals succèdent au Festival durant tout l’été qui -sur le plan culturel- dure de mai à novembre.

Je suis maintenant devant le « Monument National ». C’est là que se tient la conférence. Une vieille bâtisse pleine de charme classée comme lieu historique parce qu’elle a joué un rôle important dans l’évolution artistique de Montréal. Bâtiment construit au 19eme siècle et qui a toujours belle allure. Ben Gourion y a fait un discours historique et le théâtre a contribué à faire du lieu la scène yiddish la plus active de toute l’Amérique du Nord juste après New-York. Pas un policier devant cet espace. Pas un policier. Le service d’ordre est assuré par quelques bénévoles qui dans la bonne humeur contrôlent à peine les badges et accréditations en demandant toutefois à ceux qui en portent d’ouvrir leurs sacs pour une fouille légère.

Dans le hall du théâtre, pas de drapeaux palestiniens, pas de keffiehs ostensiblement portés, pas d’hymnes révolutionnaires diffusés par des haut parleurs très -trop- sonores. Tout est cool et calme. Je suis frappé par l’âge des personnes qui se sont déplacées. Pas des poulets de l’année. Sans doute plus de sexagénaires -voire davantage- que de jeunes tout juste sortis de l’adolescence.

La conférence commence à l’heure et les services de traductions audibles par des casques wifi fonctionnent parfaitement. Sur scène trois intervenants qui n’ont pas l’air, eux non plus, d’être des excités. Le premier est Bassel Ghattas, député à la Knesset et de nationalité israélienne. Il se présente comme palestinien, catholique et membre du parti Galas « Parti national démocratique» dit il. La page internet du parlement israélien où je devrais trouver des détails sur son CV est « indisponible » me dit mon téléphone intelligent.

Il ouvre son intervention par un remerciement aux autochtones du Québec pour avoir autorisé la tenue de cette conférence. Ce sont effectivement les Mohawks qui sont les originaires de cette terre et ils ont été aujourd’hui repoussés dans des « réserves » installées à la périphérie de Montréal. Son propos est lancé: « nous sommes nous aussi les autochtones de la Palestine et tout comme les indiens de l’Amérique du Nord on nous a volé nos terres. Nous sommes nous aussi des réfugiés dans notre propre pays puisqu’on continue jour après jour à nous chasser de notre propre territoire.» Il raconte ensuite son quotidien d’élu du peuple où selon lui « les lois qui s’appliquent sont des lois racistes: la Knesset est pour moi un endroit de lutte mais j’en paye le prix. » Selon lui, les accords d’Oslo ont été un échec pour les Palestiniens, les règles du jeu parlementaires sont changées en permanence par les autorités israéliennes et il donne une information : « ça ne peut pas continuer comme ça: dans quelques temps nous allons être amenés, nous les arabes d’Israel, à boycotter les élections et à organiser notre représentativité politique de façon autonome dans nos propres instances »

Au dehors, il y a toute une polémique alimentée par les partis politiques québécois sur l’antisémitisme dont les pro-palestiniens du Forum Social Mondial seraient les propagandistes. Le propos de ce député israélien est la meilleure réponse qui pouvait être apportée à ces allégations. Le 2eme intervenant, spécialiste palestinien de Jérusalem, Zacaria Odeh, explique à l’aide de cartes et de graphiques projetés sur un écran comment les autorités israéliennes procèdent pour transformer Jérusalem-Est. Le chiffre des maisons détruites est impressionnant -plus de 400 cette année- et les règles du séjour ont été modifiées: ne peuvent continuer à vivre en ville que les palestiniens qui, en plus de leur résidence, y ont également un emploi….. Le propos est scientifique, cadré…. mais ne passionne pas les foules Nora Carmi est, elle aussi, chrétienne, elle se déplace très souvent en Europe et notamment sur les bords de la Méditerranée. Elle cite le pape et la Bible. « Les Palestiniens doivent cesser les compromis» dit elle….. « Boycotter, ça ne concerne pas seulement les produits alimentaires ou culturels: les Eglises aussi doivent s’y mettre. Les religions autres que la religion juive sont victimes d’un véritable hold up de la part du gouvernement israélien. L’histoire du Monde de la foi s’écrit sur la « Terre Promise » pour trois religions dites révélées: Israel est le pays qui peut voler cette histoire commune sans que personne ne réagisse: c’est inacceptable… » Et elle conclut son intervention par une citation qu’elle dit extraire de la Bible: « l’Histoire se découpe en tranches de 7 ans. Au bout de 7 fois 7 ans les cartes se redistribuent. Tous les 50 ans donc, Dieu va rendre la liberté à tous »… J’ai beau chercher dans ma mémoire, je ne retrouve pas le passage de la Bible dont serait extrait cet épisode. La salle applaudit. La salle se lève et les conférenciers répondent en petits comités aux questions des spectateurs. Quelques femmes voilées à la façon palestinienne étaient présentes dans la salle: elles sortent en faisant la moue. Pas une seule fois il n’a été question de Gaza, ou du terrorisme, ou de la confrontation armée entre les Palestiniens et l’armée d’Israel. Pas une seule foi, sauf en l’évoquant avec les autres religions, il n’a été spécifiquement question de l’Islam. A quelques centaines de kilomètres de là, un terroriste, canadien de souche, converti à l’islam, se faisait exploser avec une bombe artisanale dans une confrontation armée avec la Gendarmerie Royale. Très loin aussi de la vindicte des opposants au BDS qui cherchait à hystériser le débat. « Oui, je suis opposé au boycott et aux discours de haine antisémites a dit le maire Coderre, le maire de Montréal mais non je ne retirerai pas la subvention de la ville parce que nous devrions être fier d’accueillir en toute liberté des idées progressistes » C’est, de mon point de vue, très exactement ce qui s’est passé au « Monument National ».

Tags
#Palestine, #Palestiniens, #BDS
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency