iloubnan.info
( Publicité )
Politique

De Mistura: une reprise des pourparlers intersyriens? "Oui, mais pas à n’importe quel prix”

BEYROUTH | iloubnan.info - Le 03 juillet 2016 à 07h47
Image : site de la Coalition de l'opposition nationale syrienne

A l'issue de consultations à huis-clos avec le Conseil de sécurité de l'ONU cette semaine, l'Envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, Staffan de Mistura, a indiqué qu'il n'avait pas fixé de date pour une reprise des pourparlers de paix entre les différentes parties syriennes en juillet. Il a expliqué qu’il voulait d’abord s’assurer que ces discussions aient une chance de déboucher sur des résultats concrets.

" Je n'ai pas indiqué une date précise en juillet", a dit M. Mistura lors d'un point de presse au sujet des consultations avec les membres du Conseil de sécurité. Il a ajouté qu'il voulait d'abord être sûr "qu'il y ait une possibilité d'avancer sur la transition politique d'ici août".

L'Envoyé spécial a ainsi précisé qu'il visait toujours une reprise des pourparlers en juillet, "mais pas à n'importe quel prix et pas sans garanties", et des résultats concrets en août.

“Pas question d’organiser une conférence juste pour organiser une conférence” a-t-il affirmé dans un langage assez direct finalement.

70 morts mercredi dans des bombardements "hors zones tenues par l'EI et Nosra"

De son côté, la Coalition nationale de l'opposition syrienne estime toujours toute négociation, a forciori toute transition politique comme tuée dans l'oeuf, en raison des bombardements auxquels la Russie soumet les civils dans les régions syriennes rebelles.

Après l'intervention de Staffan de Mistura mercredi, Mouaffaq Nyrabia, Vice-président de la Coalition nationale syrienne, a déclaré que les conditions actuelles n'étaient pas propices pour un processus politique en Syrie ; le régime d'Assad et ses alliés intensifiant leurs massacres des civils syriens.

Selon le Bureau médiatique de la Coalition, au moins 70 personnes, dont 7 enfants et 4 femmes, ont été tuées mercredi dans les attaques du régime d'Assad et de ses alliés sur près de 49 zones à travers la Syrie. Le Bureau, qui s'appuie sur des sources et des militants à l'intérieur de la Syrie pour recueillir des informations, a précisé que ces chiffres n'incluent pas les zones contrôlées par le Front Al Nusra ou l'Etat Islamique (EI) ; ces groupes ayant été exclus de l'accord de cessation des hostilités entré en vigueur le 27 janvier 2016.

Les équipes de la Défense civile de Douma (campagne de Damas) ont affirmé que trois civils ont été tués et plusieurs autres blessés ; principalement des enfants ; dans des tirs d'artillerie par les forces du régime sur la banlieue révolutionnaire de Damas mercredi.

Les attaques visent aussi Idlib comme le montre ce tweet de la Défense civile locale:

 


Le silence persistant sur de telles attaques menées par le régime d'Assad et ses alliés a davantage compliqué le conflit et a permis à l'EI de croître et de s'étendre en Syrie et dans la région. De plus, les principaux états restent indifférents aux conséquences désastreuses de la poursuite des violations par le régime et ses alliés de l'accord de cessation des hostilités, et continuent de se dérober à leurs responsabilités à l'égard de la tragédie qui se déroule en Syrie, a rappelé M. Nyrabiya.

M. Nyrabiya a appelé la Communauté Internationale à rompre son silence et à prendre des mesures concrètes et urgentes contre les violations répétées de l'accord de trêve qui ont porté atteinte au processus politique. Ces violations s'inscrivent dans les politiques criminelles du régime d'Assad et de ses alliés appliquées contre les civils depuis plus de cinq ans. En poursuivant le ciblage délibéré des civils, le régime d'Assad et ses alliés utilisent les civils comme un moyen de pression sur le sort d'Assad dans les négociations, a-t-il ajouté.

Yasser Farhan, membre de l'Organe politique de la Coalition nationale syrienne, a ainsi déclaré que "les continuels crimes barbares commis par le régime d'Assad et la Russie contre le peuple syrien entravent le processus politique et sapent toutes les chances de parvenir à une solution politique." M. Farhan a précisé que l'utilisation par la Russie d'armes interdites sur le plan international en Syrie prouve l'importante implication militaire de la Russie en Syrie afin d'imposer une solution politique qui soit favorable au régime d'Assad.



M. Farhan a réitéré l'engagement de l'Opposition syrienne à une "solution politique juste qui mette fin à la souffrance du peuple syrien ; assure le retour des réfugiés et des personnes déplacées chez eux ; et permette de venir à bout des organisations terroristes en Syrie."

Tags
#Syrie
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency