iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Hariri depuis l'Elysée: "Le Hezbollah et le général Aoun bloquent l'élection" présidentielle

PARIS | iloubnan.info - Le 18 mai 2016 à 11h03

François Hollande souhaite “la fin du vide présidentiel" au Liban, a affirmé l’ancien Premier ministre libanais Saad Hariri à l’issue de son entretien avec le president français au palais de l’Elysée mardi après midi.

Leur réunion, qui a duré une heure, a porté sur les derniers développements au Liban et dans la region, et notamment, donc, l’impasse politique et économique au pays du Cèdre.

“La situation économique et sociale au Liban a atteint un stade très dangereux”, a déclaré Saad Hariri face aux journalistes après sa rencontre avec le chef de l’Etat. “L'année dernière, la croissance économique était nulle et cette année, elle est en dessous de zéro et cela affecte tous les Libanais et le président français attache une grande importance à la résolution de ce probleme.”

L’ancien Premier ministre a indiqué avoir expliqué à François Hollande “les mesures que nous prenons pour mettre un terme” au vide présidentiel. “Nous avons également discuté de la question des réfugiés syriens et je l'ai remercié pour l'aide que la France offre au Liban. Mais la solution définitive à ce problème réside dans le retour, le plus tôt possible, des réfugiés dans leur pays d'origine dans le cadre d'une solution politique.”

A propos des élections municipales (qui se déroulent ce mois-ci dans les différentes regions libanaises), Saad Hariri a estimé que ce scrutiny “encouragera tous les partis politiques à envisager sérieusement la tenue d’élections présidentielles et législatives.”

Ces elections locales ont lieu actuellement chaque dimanche dans un climat relativement calme et serein, rendant caduque l’argument sécuritaire opposé à la tenue d’élections legislatives pour élire un nouveau parlement.

Interrogé par un journaliste sur “l’insistance du patriarche maronite Mgr Béchara Rai” pour qu’il rencontre le général Michel Aoun, M. Hariri a précise: “Je n'ai pas de problème à rencontrer le général Aoun, mais nous devons définir l'objectif de la réunion. En fin de compte, nous avons un candidat à la présidence, le député Sleiman Frangié, et nous avons du respect et de l'affection pour le général Aoun. Nous devons élire un président. Moi, chef du parti politique «Courant du Futur», j’ai dit que nous n’avions pas d’inconvénient à ce que l’autre groupe ait la majorité et aille au parlement pour élire le général Aoun. Nous n’entraverons pas l'élection parce que nous ne considérons pas l'obstruction comme un droit constitutionnel. Alors, quel est le but de la rencontre avec le général Aoun? Est-ce pour nous convaincre qu’il soit notre candidat à la présidentielle ? Ses alliés parmi les forces du 8 Mars devraient discuter de la question entre eux pour parvenir à une solution, plutôt que de parler à Saad Hariri et de le convaincre de cette solution.”

Plus fermement, Saad Hariri a conclu: “Le Hezbollah et le général Aoun bloquent l'élection. Cela est regrettable parce que le pays et tous les citoyens libanais en paient le prix. Nous pensons que mettre fin de cette vacance est le seul moyen d’arrêter la détérioration économique et sociale au sein des institutions libanaises.”

Tags
#Elections_présidentielles, #Hariri, #Paris
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency