iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Commémoration du 14 Mars: Farès Souaid évoque l'absence des représentants de la Coalition

BEYROUTH | iloubnan.info - Le 14 mars 2016 à 15h50

Le coordonateur du secrétariat général des forces du 14 Mars, Farès Souaid, a souligné dans une conférence de presse au siège de la coalition à Achrafieh, l'importance "de renouveler les options historiques de l'intifada de l'Indépendance".

Il les a énumérées comme suit:  

- L'unité nationale, laquelle constitue un synonyme de la souveraineté et de l'indépendance. L'expérience de la guerre civile a démontré, du moins à ma génération, que si l'unité est brisée, le schisme sera provoqué au sein de toutes les communautés ou groupes en dépit de la présence des leaders qui les représentent. 

- Pas de cohabitation entre les armes de l'Etat libanais et les armes illégitimes. La cohabitation qui a été imposée entre la République libanaise et l'armée syrienne a abouti à la suppression de l'intifada de l'indépendance. L'expérience de la cohabitation avec l'arsenal du Hezbollah a mené au blocage de l'Etat et de ses institutions et même à la suppression de la fonction du président de la République. 

- Nous ne cèderons pas quant à l'attachement à l'accord de Taêf et à la Constitution. Nous avons payé le prix avec 150 mille martyrs durant la guerre. Cela ne peut être appliqué que sur la base de l'équilibre à l'écart de l'équilibre des forces. L'équilibre produit la stabilité. Les équilibres des forces ne favorisent que des projets dans l'intérêt d'une partie. 

- L'attachement du Liban au système de l'intérêt arabe commun face aux convoitises des forces non arabes, lesquelles essayent d'accaparer nos décisions, voire même de supprimer notre présence. 

- L'attachement aux décisions de la légitimité libanaise, de la légitimité arabe et de la légitimité internationale et l'engagement à mettre en oeuvre les résolutions 1559, 1680, 1757 et 1701 du Conseil de sécurité de l'Onu. 

Farès Souaid a également abordé la question du 14 Mars en tant que coalition de partis politiques. Il a souligné le fait que "le coordonateur du 14 Mars apparait seul à cette occasion", en rappelant que "les Libanais avaient eu l'habitude au fil des dix années écoulées de voir les dirigeants de la coalition apparaître ensemble pour cette commémoration". 

"Il est dangereux que cette image se répète pour des raisons non convaincantes et même non urgentes," a-t-il déclaré devant les journalistes. "Cela n'est pas exclusivement dû à des différends concernant les candidatures à la présidence de la République comme nous l'ont laissé croire certains responsables concernés," a-t-il précisé en référence aux soutiens apportés par Samir Geagea et Saad Hariri, respectivement à Michel Aoun et Sleiman Frangieh.

"Plusieurs facteurs se sont accumulés au fil des mois et des années. Je ne suis pas obligé de les décrire et vous n'avez pas de besoin de les entendre. Le danger de la situation actuelle est provoqué par l'isolement des composantes politiques essentielles du 14 Mars et leur entêtement faire passer les considérations confessionnelles en priorité par rapport au reste," a dit Farès Souaid.

Depuis plusieurs années et encore plus depuis plusieurs mois, de très nombreux partisans du 14 Mars estiment en effet que la coalition s'est désintégrée, chaque parti faisant passer son intérêt devant celui de l'esprit de la révolution qui, le 14 mars 2005, a réuni un million de Libanais place des Martyrs à Beyrouth.

Tags
#14Mars, #FaresSouaid
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency