iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Madaya: l'ONU évoque un possible "crime de guerre"

BEYROUTH | iloubnan.info, avec agences - Le 09 janvier 2016 à 09h35

Les Nations Unies et ses partenaires humanitaires ont cherché  vendredi à accéder à la ville de Madaya en Syrie assiégée par les forces de Bachar el Assad, pour y acheminer de l’aide humanitaire. Les quelque 40 000 résidents qui demeurent dans la ville meurent de faim et sont terriblement affaiblis. Des officiels des Nations unies ont qualifié la situation à Madaya d’"horrible," potentiellement assimilable à un "crime de guerre".  Le terme a également été utilisé par la Coalition nationale des Forces d’opposition syrienne.  

Dans une lettre envoyée hier, par le biais de son Ambassade aux Etats-Unis, au Conseil de sécurité des Nations Unies, la Coalition nationale syrienne a dénoncé la décision de l'ONU de saluer l'annonce d'Assad autorisant l'accès aux organisations humanitaires à Madaya. La Coalition regrette profondément la décision du Bureau pour la Coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) de saluer l'annonce du régime d'Assad d'autoriser l'accès aux organisations de l'ONU à Madaya. En agissant de cette manière, (féliciter l'initiative), l'ONU estime, à tort, que l'accès humanitaire est facultatif et non une obligation légale.
L'utilisation de la famine comme arme de guerre est un crime de guerre pour lequel le régime d'Assad doit rendre des comptes.

"La situation à Madaya est horrible," a déclaré le porte parole du Bureau du Haut Commissariat des Nations Unies  aux droits de l’Homme Rupert Colville lors d'une conférence de presse à Genève vendredi. Il a également noté qu’alors que les forces gouvernementales ont empêché l'aide d’entrer dans Madaya, tandis que les forces de l'opposition ont empêché l'accès à deux villages chiites proches. Chaque partie est ainsi coupable.

Affamer délibérément des civils constitue un crime de guerre en vertu du droit international des droits de l'Homme et du droit international humanitaire, a-t-il souligné.

Le porte parole du Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a pour sa part déclaré que les négociations sur un convoi humanitaire à Madaya se poursuivaient, mais qu’aucune date n'avait été fixée.

Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency