iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Mouallem: la Syrie est prête à participer aux discussions de Genève

BEYROUTH | iloubnan.info, avec agences - Le 24 dcembre 2015 à 13h39

La Syrie est prête à participer aux pourparlers de paix sur la Syrie prévus fin janvier à Genève sous l'égide des Nations unies, a annoncé jeudi le ministres des Affaires étrangères syrien, Walid Mouallem.

Le chef de la diplomatie s’exprimait depuis Pékin, à l’occasion d’une visite officielle en Chine, alliée traditionnelle de la Syrie.

“La Syrie est prête à participer au dialogue inter-syrien de Genève sans interférence étrangère,” a  declare M. Mouallem lors d’un point presse.

Le 19 décembre, pour la première fois depuis le début du conflit il y a presque cinq ans, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté à l’unanimité une resolution établissant une feuille de route en vue d’une solution politique au conflit en Syrie.

Outre des négociations entre l'opposition et le régime de Damas, ainsi qu'un cessez-le-feu, le texte prévoit un gouvernement de transition dans les six mois et des élections dans les 18 mois.

A la suite de la résolution onusienne, le directeur général de l'ONU à Genève, Michael Moller, avait indiqué cette semaine que les prochains pourparlers sur la Syrie se tiendraient en Suisse vers la fin janvier.

“Notre délégation sera prête dès que nous aurons reçu la liste de la délégation de l'opposition. Nous espérons que ce dialogue parviendra à nous aider dans la constitution d'un gouvernement d'union nationale,” a ajouté M. Mouallem après une série d’entretiens avec son homologue chinois Wang Yi.

La résolution du Conseil de sécurité ne fait pas état du sort de Bachar el Assad. Le future du president syrien est un sujet de profonde discorde entre les différents puissances. L’occident souhaite son depart, alors que les allies de Damas souhaitent le voir rester, ou en tout cas affirment vouloir “laisser le peuple syrien decider” (ce qui s’avère pour le moins difficile tant que les acteurs principaux du régime seront presents, en raison de la terreur qu’ils font régner).

Au moment de l'adoption de la résolution 2254, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius avait déclaré : "Il est prévu très rapidement des discussions inter-syriennes. Mais elles ne pourront aboutir que si, avec notre appui et notre garantie, le cadre politique crédible défini par les communiqués de Genève et de Vienne est effectivement construit."

Hier, la coalition des forces d’opposition syrienne a accusé Damas et son allié russe d’avoir perpétré une nouvelle attaque chimique contre des civils pas plus tard que mardi.

Tags
#Syrie
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency