iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Montée du FN : le rôle des médias en question

PARIS | Rue89 - Le 08 dcembre 2015 à 16h29
Par Nolwenn Le Blevennec

Si les médias parlent autant du/avec le FN, c’est parce qu’ils sont persuadés qu’ils vont réussir à démontrer la fraude qu’est ce parti. La vérité révélée. Exemple : Jean-Marie Le Pen a tweeté une vidéo bizarre de Christian Estrosi dansant avec des rabbins : vite, regardez l’antisémitisme !

Mais contrairement à la politologue Nonna Mayer qui travaille sur la matière FN et livre ses résultats froidement, des médias se gonflent d’émotion (il nous est arrivé aussi de tomber dans ce travers). Leurs mots rebondissent sur les murs, comme les bons arguments lors d’une dispute de couple.

Quand les résultats tombent enfin, ils titrent sur le choc. Quel choc ? C’est la quatrième élection consécutive qui se déroule de la même façon. Le choc de ne pas avoir été entendu ?

« Il faut prendre soin des gens »

En juin 2014, interrogé sur le rôle des médias pour contrer la montée du FN, le sociologue Bernard Stiegler nous avait dit :

« Je n’essaye jamais de dissuader [des électeurs] de voter pour le Front national. Plus j’essaierais de le faire, et plus ils voteraient pour le Front national. C’est complètement inutile. C’est d’autant plus inefficace que, pour une part, ils n’ont pas tort d’exprimer une souffrance [...].

Il est totalement vain de dire aux gens d’arrêter de symptomatiser  : il faut les soigner, je veux dire prendre soin d’eux (au sens que j’ai donné à ce mot dans “ Prendre soin ”), s’occuper d’eux, leur donner des perspectives, leur tenir un autre discours que celui de François Hollande et de Nicolas Sarkozy... »

Pour « un monde nouveau »

Selon lui, pour reconstruire une société saine, le rôle des médias est le suivant :

« Je pense qu’il est urgent que la presse reprenne son rôle, qui est de défendre des idées, de les faire se confronter, et par là, de construire des opinions. Cela veut dire faire des choix politiques, esthétiques, intellectuels, sociaux, etc. – et les assumer. Le Monde diplomatique continue de faire ce travail, et c’est pourquoi je ne manque jamais l’occasion de le lire, même s’il m’énerve souvent.

Aujourd’hui, la désespérance est le fond de commerce du Front national. Pour redonner de l’espoir, il faut donner la parole à ceux qui ont quelque chose à dire et qui sont prêts au débat public – et par là reconstruire une pensée, des concepts et des perspectives, et les socialiser [...].

Toutes sortes de gens réfléchissent à des scénarios qui permettraient d’entrer dans un nouveau monde – en Amérique latine par exemple, mais aussi en Amérique du Nord. Il faut leur donner la parole. Et il faut solliciter l’intelligence des lecteurs plutôt que de présupposer qu’ils ne recherchent que le scoop ou l’information sensationnelle et vulgaire. »

PUBLIÉ INITIALEMENT SUR
Rue89
Tags
#FrontNational
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency