iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Terrorisme: Paris frappé au cœur

PARIS | Rue89 - Le 14 novembre 2015 à 15h03
Par Pierre Haski
Photo via Twitter

Le terrorisme a frappé vendredi soir à Paris, faisant au moins 128 morts et des dizaines de blessés graves, selon un bilan provisoire qui ne cessait d’augmenter tout au long d’une soirée qualifiée d’« horreur » par François Hollande.

C’est une capitale hébétée, dont les habitants ont reçu le conseil des autorités de rester chez eux, qui se réveille samedi, le jour d’après, sans savoir si des terroristes sont encore dans la ville. Les titres de la presse ce matin résumaient bien l’ampleur du choc: "Massacre terroriste en plein Paris" pour Aujourd'hui en France, "Carnages à Paris" pour Libération, "Cette fois c'est la guerre" pour Le Parisien, "L'horreur" pour Nice Matin...

Le dernier épisode de la nuit s’est déroulé peu avant 1 heure du matin, lorsque les hommes du RAID ont donné l’assaut au Bataclan, la salle de concert parisienne où des terroristes étaient retranchés avec des otages. Quatre terroristes ont trouvé la mort, trois d’entre eux en se faisant exploser.

Il y a eu de très nombreuses victimes à l’intérieur, « environ 80 morts », selon la police (un précédent bilan faisait état de 100 morts pour le seul Bataclan).

Au total, huit terroristes sont morts au total dans la nuit à Paris, et on ignore si d’autres ont pu prendre la fuite.

Visibement sous le choc, François Hollande a annoncé dans la soirée que l’état d’urgence était décrété sur tout le territoire français, une mesure inédite depuis un demi-siècle ; il a également annoncé le rétablissement des contrôles aux frontières, et a indiqué que l’armée était appelée en renfort à Paris. Des mesures exceptionnelles pour une situation sans précédent.

 

 

Dès vendredi soir, l’armée a commencé à se déployer dans Paris, comme en témoigne la journaliste de l’Obs Violette Lazard.

 

Sept sites attaqués

Au total, sept sites différents ont subi des attaques quasi simultanées, y compris plusieurs explosions près du Stade de France où se trouvait François Hollande.

Les autres lieux visés sont en particulier le Bataclan, une salle de concert du XIe arrondissement située non loin des anciens locaux de Charlie Hebdo attaqués le 7 janvier dernier, un restaurant cambodgien du Xe arrondissement de la capitale, ainsi qu’un autre restaurant de la rue de Charonne, dans l’est parisien.

Un témoin présent au Bataclan, interrogé sur itélé, a dit avoir entendu l’un des assaillants prononcer le nom de la « Syrie ». D’autres témoins parlent d’assaillants « jeunes », au visage découvert.

Julien Pearce, un journaliste d’Europe 1 qui assistait au concert du Bataclan a raconté :

« Deux ou trois individus non masqués sont rentrés avec des armes automatiques de type kalachnikov et ont commencé à tirer à l’aveugle sur la foule (...) ça a duré une dizaine, une quinzaine de minutes. Ça a été extrêmement violent et il y a eu un vent de panique, tout le monde a couru vers la scène, il y a eu des scènes de piétinement, je me suis moi même fait piétiner ».

 

 Au Stade de France, où se trouvait le Président, deux explosions ont eu lieu à proximité du stade pendant la première mi-temps, une troisième se déroulant pendant la mi-temps. Selon certaines informations, il s’agirait d’un kamikaze dont le cadavre a été retrouvé déchiqueté.

 

François Hollande et Manuel Valls ont rejoint Bernard Cazeneuve au Ministère de l’intérieur, pour une réunion de crise. Puis un Conseil des ministres exceptionnel s’est tenu au milieu de la nuit à l’Elysée. Le chef de l’Etat s’est ensuite rendu au milieu de la nuit au Bataclan, théâtre du principal carnage de la soirée.

« Porte ouverte » aux Parisiens

Alors que de nombreux passants sont coincés dans les quartiers concernés, une intiative a vu le jour sur Twitter : le hashtag « porte ouverte » pour accueillir les passants le temps que la situation se calme.

La Mairie de Paris a affiché sur ses panneaux lumineux un conseil aux Parisiens de rester chez eux « en attendant les instructions des autorités ». La police a renouvelé le conseil pour samedi 14 novembre, les écoles et universités resteront fermées, tout comme de nombreux établissements publics.

 

Le soutien d’Obama

Symboliquement, au moment où la Tour Effeil s’éteignait vendredi soir en signe de deuil, de nombreux monuments à travers le monde exprimaient leur solidarité en bleu-blanc-rouge, notamment la Freedom Tower érigée à la place des tours du World Trade Center détruites le 11 septembre 2001.

Signe de la gravité de la situation, Barack Obama s’est exprimé très vite devant la presse, et a affirmé sa solidarité avec la France.

 

 

#RechercheParis

Ce samedi, la recherche des disparus s’organise. Sous le mot-clef #RechercheParis, des dizaines d’internautes postent des photos de leurs proches dont ils sont encore sans nouvelles. De même sur la page Facebook dédiée au concert d’Eagles of Death Metal, au Bataclan.

De son côté, le ministère de l’Intérieur a mis en place un numéro vert (197) et une plateforme qui permet de signaler les disparitions ou déposer un témoignage. (En fin de matinée samedi, la plateforme était cependant inaccessible).

PUBLIÉ INITIALEMENT SUR
Rue89
Tags
#Attaque, #Attentats, #AttentatsParis, #Syrie
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2017 Par Proximity Agency