iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Syrie: Kerry dit être "d'accord pour être en désaccord" avec l'Iran la Russie

BEYROUTH | iloubnan.info, avec agences - Le 31 octobre 2015 à 11h22

Alliés et adversaires du président syrien Bachar al-Assad se sont rassemblés vendredi à Vienne. Pour la première fois depuis le début du conflit syrien, la réunion comprenait l'Iran, un allié du régime d’Assad.

Le Secrétaire d'Etat américain John Kerry et le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov ont déclaré vendredi qu'ils étaient d'accord sur le fait que Syrie devait sortir de la guerre civile comme un État laïque unifiée, et que les institutions de l'Etat devaient rester intactes.

Cependant, Kerry a également déclaré qu'il était « d’accord pour être en désaccord » avec ses homologues iraniens et russes sur le sort du dirigeant syrien Bachar al Assad.

Selon l'agence AFP, Kerry a déclaré que Washington continue d’estimer que le départ d’Assad du pouvoir permettrait de paver la voie à un accord pour mettre fin la guerre civile en Syrie, et contribuer à vaincre l’Etat islamique. Il a aussi déclaré que le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov et l’iranien Mohammad Javad Zarif de l'Iran n’étaient pas d’accord avec ceci mais que tous les trois continueraient à « travailler ensemble pour rechercher un règlement politique. »

La chaine BBC a pour sa part rapporté que, après près de huit heures de pourparlers, les ministres ont convenu d'un certain nombre de points, notamment:

• inviter l'ONU à convoquer le gouvernement et l'opposition de la Syrie à lancer un nouveau processus politique qui est «crédible, inclusif, non sectaire"
• une nouvelle constitution et des élections qui impliquent tous les Syriens, y compris les membres de la diaspora et de toutes les ethnies soutenu par l'ONU
• l'amélioration de l'accès à l'aide humanitaire pour les Syriens et à l'extérieur du pays
• travailler avec l'ONU à "explorer les modalités pour, et la mise en œuvre de la, un cessez le feu à l'échelle nationale"

Dans le même temps, les responsables américains ont annoncé que les Etats-Unis allaient envoyer des forces spéciales en Syrie pour aider les rebelles anti-gouvernementaux dans la lutte contre l'État islamique. Ce sera la première fois les troupes américaines travaillent ouvertement sur le terrain en Syrie. Selon un responsable de l'administration cité par la BBC, cela ne signifie pas un changement de stratégie américaine, mais une «intensification» de la campagne actuelle, en référence aux raids aériens menés par les Etats Unis et leurs alliés contre l’Etat islamiques.

Sergueï Lavrov a prévenu que cette initiative des Etats Unis augmentait le risque d'une "guerre par procuration" dans la région. Il a appelé à une plus grande coopération entre les armées américaine et russe. «Je suis convaincu que ni les États-Unis ni la Russie bien sûr, veulent s’engager dans une guerre par procuration », at-il dit, après s’être entretenu à Vienne avec John Kerry et l’émissaire de l'ONU pour la Syrie Staffan de Mistura.

La guerre en Syrie a commencé en 2011 avec un soulèvement contre le président Assad, violemment réprimé par les forces du régime. Le conflit a peu à peu dégénéré en guerre civile. Jusqu’à maintenant il fait 250.000 morts et 11 millions de déplacés.

Tags
#Iran, #Russie, #Syrie
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency