iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Hariri : Le dialogue ne sera pas un appartement auquel le Hezbollah convie qui il veut quand il veut

BEYROUTH | iloubnan.info - Le 27 octobre 2015 à 08h32

La crise des déchets, le dialogue national, mais surtout, le dernier discours du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, ont fait l'objet du communiqué publié lundi par l'ancien Premier ministre, Saad Hariri.

Tout Libanais qui a un sens de la responsabilité ne peut que se sentir humilié à la vue des déchets qui ont envahi les rues de Beyrouth et toutes les autres régions. Hésiter quant à la résolution de cette crise et continuer à annoncer l'incapacité de faire face à ses risques, ne sont plus acceptables, a dit Hariri.

"Ce qui est nécessaire est de mettre en œuvre la décision du gouvernement, que ce soit par les décrets ou les procédures nécessaires, ou en faisant assumer à toutes les parties concernées leurs responsabilités.

Nous, à cet égard, nous tenons fermement aux côtés du Premier ministre Tammam Salam. Nous renouvelons notre confiance dans sa gestion, sa sagesse et sa capacité, avec l'équipe dirigée par le ministre Akram Chehayeb, pour déterminer les mesures nécessaires pour surmonter les obstacles qui empêchent la mise en œuvre des plans pratiques, et établir un projet écologique global qui répond aux espoirs du peuple et des activistes civils.

Résoudre la crise des ordures exige de chacun d’assumer ses responsabilités pour permettre au Premier ministre Salam d’appeler à une réunion du Cabinet dès que possible, car le Cabinet est responsable de la préparation et de la mise en œuvre des plans, dans le cadre de l'intérêt national et des intérêts de tous les citoyens.

L'attention accordée à la crise des ordures et le fait qu'elle figurait en tête des craintes populaires, a malheureusement détourné l'attention des articles figurant à  l'ordre du jour du dialogue national et des questions litigieuses qui menacent l’essence du destin national.

Là réside la véritable nécessité d'un dialogue, qui nous avons demandé immédiatement après avoir assisté à la cérémonie d'ouverture du Tribunal spécial pour le Liban à La Haye. Et nous avons souligné que le chemin de la justice internationale dans le dossier du Premier ministre martyr Rafic Hariri ne sera pas un obstacle dans tout dialogue qui protège la stabilité nationale et permet de gérer les affaires de l'Etat et les intérêts des citoyens.

C’est l'occasion de renouveler notre engagement envers le dialogue, en dépit de toutes les tentatives en cours pour le noyer dans les controverses inutiles, les articles urgents et les discours qui intimident les Libanais par des échéances régionales et des victoires imaginaires.

Nous voulons clairement et simplement continuer le dialogue dans le cadre de l'unité nationale libanaise, et non dans le cadre de conditions préalables, des ordres étrangers, des défilés militaires qui visent à intimider, ou des paris que ce que nous n’accepterons pas aujourd'hui, nous allons l’accepter quand les choses iront mieux pour Bachar al-Assad et quand les combattants du Hezbollah seront de retour d'Alep, Homs et Idlib portant les drapeaux de la "victoire" sur le peuple syrien.

Nous disons clairement et simplement que bâtir des espoirs sur l'intervention militaire russe en Syrie pour renverser la table de dialogue au Liban, c’est parier dans une direction politique erronée. Si certains pensent que cette intervention est une dernière tentative pour sauver la présidence de Bachar al-Assad, nous sommes certains que l'intervention russe n'a rien à voir avec la détermination du sort de la présidence au Liban ou avec les questions qui régissent la relation entre les Libanais.

Nous avons entendu ces derniers jours un vacarme sur le dialogue et des appels au Courant du Futur et aux Forces du 14 Mars pour arrêter de parier sur les changements régionaux. Ils nous ont aussi informés que les choses se dirigent vers plus de complications, et que nous n’avons d'autre choix que de nous plier à la volonté du parti du Wali al-Faqih, et ceci est la désignation utilisée par Sayyed Hassan Nasrallah pour exprimer la réalité politique du Hezbollah en tant que parti iranien à part entière.

Le Hezbollah ne veut pas d'un dialogue qui traite de sa sortie du consensus national et de son combat en Syrie.

Le Hezbollah ne veut pas d'un dialogue qui aborde sa transgression de l'ordre public et le fait qu'il considère que ses régions d'influence politique sont des réserves militaires et sécuritaires où l'Etat et ses institutions ne sont pas autorisés à intervenir.

Le Hezbollah ne veut pas d'un dialogue qui traite de la prolifération des armes et des personnes armées dans toutes les régions, parce que les « Brigades de la résistance » ne respecteront jamais l'Etat et ses lois.

Le Hezbollah, comme Sayyed Hassan nous l’a dit dernièrement, veut un dialogue où nous mettons la question de la présidence de côté et discutons d'autres questions.

C’est une série continue d'hérésies politiques qui n’ont pour autre fonction que de vider le dialogue de son sens et garder la présidence suspendue indéfiniment.

Pour notre part, nous estimons que la fonction du dialogue national à ce stade de la vie du Liban ne devrait être que de décider du sort de la présidence, mettre fin à la vacance à la présidence et s’accorder sur une figure nationale qui puisse relancer les travaux de institutions constitutionnelles. Sinon, le Hezbollah va conduire le dialogue dans le tourbillon de l'attente régionale, qui serait inutile, peu importe combien de temps elle durera.

Inutile est l'obstination qui se répète dans chaque discours, qui dit que le Hezbollah ne quittera pas le champ de bataille en Syrie. Parce que s’il y reste il va se noyer davantage dans le bourbier, et cela conduira à plus de victimes parmi les chiites et à plus de tensions et de divisions internes.

Inutile est la voie de l'intimidation et de l'arrogance, et la mobilisation des gens avec les slogans de rancune en provenance d'Iran. Il est également inutile de chercher les bonnes grâces du Wali al-Faqih en élevant le niveau d'hostilité envers le Royaume d'Arabie Saoudite et l'exploitation des Husseyniats pour inciter des groupes chiites libanais égarés contre l’Arabie, dans l'une des scènes les plus laides qui nuisent aux relations historiques entre le Liban et l'Arabie Saoudite.

Inutile est également le soutien aux Houthis au Yémen, et prétendre avoir la capacité de combattre dans tous les champs, à travers des combats vides qui soutiennent l'oppresseur contre l’opprimé et peuvent générer des guerres civiles.

Nous savons que le Hezbollah ne prendra pas en considération notre point de vue, tant que nous faisons prévaloir l'État et la légitimité sur toute autre question et tant que le Courant du Futur et les Forces du 14 Mars n’acquitteront pas le Hezbollah de son registre commis au Liban, en Syrie, au Yémen, en Irak et dans d'autres régions.

C’est le parti de Welayet al-Faqih et un tel parti ne peut pas agir en dehors de la volonté du Wali al-Faqih. Et les exemples à ce sujet sont innombrables, de la création du parti dans les années quatre-vingt par les Gardiens de la Révolution, à Damas, jusqu’à l’heure où nous assistons au retour des membres et des dirigeants du Hezbollah et des Gardiens de la Révolution dans les cercueils de la défense de Bachar al-Assad en Syrie.

Mais malgré tout cela, nous ne donnerons pas au Hezbollah la chance d'éliminer le dialogue, parce qu'il n'y a pas d'autre moyen de régler les différends, quelle que soit leur intensité, et parce qu’autour de la table du dialogue se tiennent des partenaires à nous dans la loyauté au Liban, son intérêt national et la coexistence entre les Libanais.

Le dialogue a été notre choix depuis le début et nous y sommes restés attachés dans les circonstances les plus difficiles. Le dialogue n’est une faveur de la part de personne, et ne sera pas un appartement équipé avec des meubles iraniens auquel le Hezbollah convie qui il veut quand il veut," a conclu Hariri. 

Tags
#Crise_des_déchets, #Hassan_Nasrallah, #Hezbollah, #SaadHariri
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency