iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Nasrallah: "Nous sommes favorables au dialogue et au maintien du gouvernement"

BEYROUTH | iloubnan.info / NNA - Le 18 octobre 2015 à 17h00

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s'est interrogé aujourd'hui sur le sort des pays de la région, y compris le Liban, l'Irak et la Syrie en l'absence de la Résistance qui mène des combat contre le projet takfiriste depuis plus de 4 ans.

Nasrallah a affirmé que le sort de ces pays serait similaire à celui de Mossoul de Salaheddine et de Reqqa.

"Nous commençons à entendre de nouvelles positions. On trouve désormais des changements dans l'opinion publique locale, régionale et internationale et ce grâce à ceux qui luttent sur les fronts afin de vaincre le projet sanguinaire qui veut contrôler le sort de la région", a-t-il estimé.

Les combattants résistent face à deux projets, takifiriste et sioniste. "En effet, la bataille est encore de longue durée".

"La bataille n'est pas encore tranchée. Elle pourrait même être ouverte", a-t-il précisé.

"Le projet takfisrite vise à tout détruire. L'homme, les communautés, la civilisation et l'histoire", a-t-il expliqué.

"Nous avons réussi aux côtés de tous les moudjahidines, à confronter ce projet takfiriste depuis plus de 4 ans".

Selon lui, la résistance du peuple yéménite face à l'agression saoudite s'inscrivait dans le même contexte, puisque si le Yémen avait chuté devant cette offensive, ce pays serait contrôlé par Daech et Al-Qaïda.

Nasrallah a affirmé que les deux projets sionistes et takfiriste avaient pour but de détruire nos sociétés.

Sur le plan local, Nasrallah a affirmé que son parti tenait au dialogue et à la rencontre entre les Libanais.

Il a appelé à préserver le gouvernement puisque l'intérêt des Libanais réside dans le maintien de ce gouvernement et puisque le substitut était l'effondrement et le vide.

Il a toutefois refusé tout chantage exercé contre son parti politique pour poursuivre le dialogue et maintenir le gouvernement.

S'adressant au courant du Futur, Nasrallah a indiqué que si ses responsables se sentaient embarrassés et voulaient sortir du gouvernement, ou du dialogue, qu'ils le quittent sans qu'il n'exercent le chantage contre le Hezbollah.

"Nous tenons au dialogue mais refusons le chantage et préservons notre dignité", a-t-il clamé.

Tags
#Hassan_Nasrallah, #Hezbollah
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency