iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Les responsables libanais condamnent massivement les violences à Saadiyat

BEYROUTH | iloubnan.info / NNA - Le 01 juillet 2015 à 18h53
Photo: National News Agency

Un grand nombre de députés et de personnalités politiques ont dénoncé mercredi, les affrontements de Saadiyat.

Le député du Courant Futur Mohammad Hajjar  a commenté les affrontements survenus dans la nuit de mardi à mercredi à Saadiyat entre des partisans du Courant du Futur d'une part et des Brigades de la Résistance (Hezbollah) d'autre part, estimant que ce qui s'était passé était "le fruit des armes illégitimes du Hezbollah". Dans un entretien accordé à la Voix Du Liban (100.3 - 100.5), il a accusé les membres des Brigades de la Résistance d'avoir "ouvert le feu sur les maisons des citoyens qui ont été obligés de riposter". Hajjar a enfin exhorté le Hezbollah à assumer ses responsabilités pour empêcher la répétition de tels incidents. 

A son tour, le responsable politique du Parti Socialiste Progressiste (PSP), Salim Sayyed, a dénoncé le crime qui cible le pays durant cette phase critique et a assuré que le chef du PSP, Walid Joumblatt, insiste sur l'importance de l'unité, indiquant que "le Liban restera le symbole de la coexistence et de la stabilité." 

Le responsable politique de la Jamaa Islamiyya au Mont Liban, Omar Siraj, a considéré que "l'incident de Saadiyat vise à déstabiliser la situation à Iklim el-Kharroub", condamnant dans ce cadre "cette agression directe contre la région". "Les actes de provocation récurrents qui se sont développés n'entrent pas dans l'intérêt des composantes politiques de la région qui fournissent les efforts nécessaires en vue de sauvegarder la stabilité et éloigner les répercussions des crises des pays voisins", a-t-il clamé. Il a imputé la responsabilité "à ceux qui accordent à ces groupes suspects l'appui financier et militaire", mettant en garde contre la répétition de ces attentats et assurant que "la sécurité de la région est entre les mains de l'armée et des Forces de Sécurité Intérieure". 

Le responsable du Hezbollah au Mont-Liban, Bilal Dagher, a indiqué, que "l'incident est orchestré. Les gens cherchaient à s'autodéfendre. Les accrochages ont alors eu lieu". "Nous estimons que les forces de l'ordre font preuve de laxisme envers ces groupes, lesquels prennent pour couvertures religieuse et politique des personnalités de l'Iklim. Nous sommes présents à Saadiyat et nul ne cherche à éliminer la présence de l'autre. Nous voulons vivre en paix avec les habitants. Nous n'avons pas pour objectif de créer des pôles dans l'Iklim. La liberté de croyance est pour toutes les parties. La provocation et l'agression sont refusées. Telle est notre orientation", a-t-il conclu. 

Le secrétariat général des forces du 14 Mars a dénoncé le crime de Saadiyat, lequel "menace l'unité, la stabilité et la paix civile du Liban", exhortant le gouvernement et les ministères concernés "à adopter les mesures nécessaires en vue de mettre un terme au chaos et arrêter les auteurs de cet acte. Les habitants ont constaté que cet acte provient du Hezbollah". "Ce crime fournit des indices dangereux sur la tentative du Hezbollah d'explorer la capacité des habitants à défendre leur sécurité d'une part et à se préparer à contrôler la ligne du Sud et les autres régions, à savoir, celles qui s'étendent de Baalbeck à Jbeil d'autre part", a-t-il précisé. "Aucun autre arsenal que celui des forces de l'ordre légitimes n'est admis. Aucune autre résistance que celle pacifique du peuple libanais face aux armes illégitimes n'est envisagée. Toutes les parties doivent respecter la loi avant qu'il ne soit trop tard", a-t-il poursuivi. Il a mis en garde le Hezbollah contre le fait "de persister dans la paralysie des institutions étatiques. A l'ombre de la détérioration mondiale des systèmes politiques, sécuritaires ou policiers, l'Etat reste le seul garant pour les Libanais. La relance des institutions est possible via l'élection d'un nouveau chef d'Etat, laquelle représente une responsabilité nationale commune". Le 14 Mars a suivi "la spirale de violences et le terrorisme dans les pays du monde, qui touche notamment la France, la Tunisie, le Koweït et l'Egypte. Nous apercevons les faces de la mondialisation de la violence. Aucune région n'a été à l'abri des attentats et des actes criminels refusés". Les participants ont estimé que "le Liban qui a connu avant les autres la mort, la destruction et l'assassinat à caractère sectaire, est appelé à faire de son expérience de la coexistence, un modèle dont les sociétés s'inspirent pour trouver des solutions à leurs crises". 

Tags
#Violences, #Saadiyat, #Hezbollah, #Courant_du_Futur
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency