iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Joumblat au TSL: J'ai dû conclure un accord politique avec les meurtriers de mon père

BEYROUTH | iloubnan.info, avec agences - Le 04 mai 2015 à 15h07
Le bâtiment du Tribunal Spécial pour le Liban à Leidschendam près de La Haye. Photo: http://www.stl-tsl.org
Le député Walid Joumblat a indiqué lundi dans son témoignage devant le Tribunal Spécial pour le Liban à La Haye, qu'au moment de l'assassinat de Kamal Joumblat, par le régime syrien, le Liban subissait un complot, ce qui l'a contraint à conclure un accord politique avec les meurtriers de son père.
L'audience de Walid Joumblatt devant le Tribunal spécial pour le Liban a commencé lundi en fin de matinée, dans le cadre du procès des accusés de l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri.

Son témoignage, qui va s'étendre sur plusieurs jours, était particulièrement attendu par de nombreuses personnalités politiques et médiatiques libanaises.

Dimanche soir, la journaliste May Chidiac postait ainsi sur Facebook: "Demain est un autre jour, M. Joumblat a beaucoup de choses à dire!"

Pour ce premier jour, le chef du Parti national socialiste a surtout évoqué l'assassinat de son propre père, Kamal Joumblat.

M. Joumblat a ainsi rappelé dans son témoignage que Kamal Joumblat, s'était opposé à l'entrée des forces syriennes au Liban, alors que lui même faisait partie du clan politique pro syrien avant l'accord de Taef et ce afin d'épargner au Liban les dangers provenant d'Israël.

Le député a estimé que plus tard, le Premier ministre Rafic Hariri et le président de la République, Elias Hraoui, n'avaient aucune influence sur l'armée libanaise, puisque " le système des renseignements syro-libanais " interdisait une telle influence.

Il a dans le même contexte dit que l'armée libanaise opérait durant cette période sous le commandement du régime syrien et sous la supervision d'Emile Lahhoud qui était commandant en chef de l'armée.

M. Joumblat a rappelé qu'il avait oeuvré afin de retarder l'élection d'Emile Lahhoud comme président, puisqu'il refusait l'élection d'un président ayant une loyauté absolue au régime syrien.

Selon les propos de M. Joumblat, le terme "tutelle syrienne" était erroné puisque le Liban était alors sous l'occupation syrienne.

"En 1998, a commencé le revirement lent contre le régime syrien, puisqu' on voulait un pays des institutions indépendants", a-t-il ajouté, notant que la deuxième démarche d'escalade contre le régime syrien est survenue en 2000.
Tags
#Joumblatt, #TSL, #STL
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency