iloubnan.info
( Publicité )
Politique

14 mars 2015: Hariri réitère son "engagement" et ses "convictions"

BEYROUTH | iloubnan.info, avec agences - Le 14 mars 2015 à 07h26
Hariri à Beyrouth le 14 février 2015 pour le dixième anniversaire de l'assassinat de son père, l'ancien Premier ministre Rafic Hariri - Photo: National News Agency
Saad Hariri a réitéré hier dans un communiqué son attachement au mouvement du 14 Mars, qui s'apprête à fêter ses dix ans aujourd'hui.
"Le lien entre le dixième anniversaire de l’intifada de l'indépendance et la dixième commémoration de l’assassinat du président Rafic Hariri restera toujours ancré dans la conscience des Libanais qui ont remporté le 14 mars (2005) une victoire pour leur liberté, leur souveraineté et leur dignité nationale, alors que malheureusement, certains Libanais optaient pour la dépendance et la volonté de la domination externe des capacités du pays" a dit Saad Hariri dans un communique à l'occasion de l'anniversaire de la manifestation populaire du 14 mars 2005. 

"Le 14 Mars n’était pas un jour comme les autres dans la vie des Libanais contrairement à ce jour où ils se sont réunis pour remercier le régime syrien et essayer de sauver le système sécuritaire libano-syrien" a ajouté Hariri en référence à la manifestation du 8 mars, organisé par le Hezbollah et d'autres alliés du régime de Bachar el Assad pour affirmer leur attachement à la Syrie qui occupait le Liban à l'époque. La manifestation du 8 mars avait eu lieu alors que le régime syrien était dans le colimateur de la communauté internationale après l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri 3 semaines plus tôt, le 14 février. 

"Le14 mars est resté au cours des dix dernières années synonyme de l'esprit libanais de révolte contre l'injustice, et un espace pour un refus national sans précédent de la domination et de la manipulation," a affirmé dans son communiqué Saad Hariri, lui-même fils de l'ancien chef du gouvernement assassiné.

"Les jours de solidarité avec le régime de Bachar al-Assad sont révolus et ensevelis sous les cendres de l'histoire. Ces jours n’ont laissé, dans la vie nationale libanaise, qu’une insistance à poursuivre les politiques d'intimidation et approfondir les causes de division, alors que le14 Mars a représenté un tournant remarquable dans l'histoire du Liban, et établi une coalition nationale qui s’est engagée à renforcer l'État, protéger le système démocratique, et rester ferme sur le monopole des armes aux mains de l'armée et des institutions légales."

"Le 14 Mars a défendu ces engagements au prix de la vie de ses dirigeants, députés et intellectuels. Il a aussi fait face aux campagnes de tromperie et de trahison et aux pièges de discorde, par des positions et actions qui servent au mieux l'intérêt national."

"Aujourd'hui, en ce dixième anniversaire de l’intifada de l'indépendance -quand plus d'un million de Libanais, de toutes les régions et les communautés, sont descendus dans la rue et se sont rassemblés à Beyrouth pour demander le retrait de l'armée syrienne du Liban et la révélation de la vérité sur l'assassinat du Premier ministre martyr Rafic Hariri-, nous soulignons que le 14 Mars est plus grand que n’importe quel parti ou organisation politique, et que son esprit et ses valeurs prévalent sur les petites politiques et les petits gains. Notre engagement envers l'esprit qui a suscité l'espoir en la résurrection du Liban, est à la base de notre présence politique et de nos convictions nationales, qui ne changeront sous aucune forme de pressions ou menaces qui sont bien connues des Libanais."

"En ce 14 Mars, nous disons que nous sommes loyaux envers tous nos alliés et amis, les alliés et amis des premiers jours de l’intifada de l'indépendance et tous les alliés qui sont restés fermes face aux menaces de l'intérieur du pays et de l’étranger."

"En ce 14 Mars, nous disons à cette élite du 14 Mars que vos efforts pour développer l'action commune entre les différentes composantes de ce mouvement sont un devoir national. Les objectifs réels du 14 Mars vous ont été confiés, et vous êtes les gardiens de la noble marche conduisant au passage vers l'État."

"En conclusion, nous disons à ceux qui sont aux antipodes du 14 Mars que la protection de la tyrannie n’est pas la bonne façon de lutter contre le terrorisme, qu’entrainer le Liban dans les guerres civiles voisins est la meilleure façon de saboter la vie commune entre les Libanais, qui n’accepteront pas de faire partie de l'empire iranien ou de constituer un des fronts de Kassem Souleimani, et que l'utilisation de toutes les formes de menace et d’intimidation et toutes sortes d'armes lourdes et légères ne transformeront pas cette vanité impériale en un fait accompli libanais ou arabe," a conclu l'ancien Premier ministre.
Tags
#SaadHariri, #14Mars
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency