iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Hassan Nasrallah: Nous ne voulons pas de guerre mais nous ne la craignons pas

BEYROUTH | iloubnan.info, avec agences - Le 30 janvier 2015 à 20h17
Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a prononcé vendredi un discours diffusé sur  écran géant au complexe Sayyed Al-Chouhada, dans la banlieue sud de Beyrouth.
Dans une intervention retransmise en direct à la télévision, le chef du Hezbollah a rendu hommage aux six membres du parti au général iranien qui ont perdu la vie le  18 janvier à Konaytra en Syrie, pris pour cible par un raid israélien. Il a qualifié l'incident d' "assassinat" prémédité et soigneusement planifié.

Il est revenu sur la riposte du Hezbollah dans les fermes de Chebaa: les combattants du Parti de Dieu ont mercredi pris pour cible un convoi de l'armée israélienne. Leur attaque a fait 2 morts parmi les soldats de Tsahal.

Ce discours a été prononcé en présence du président de la Commission de sécurité nationale et de politique extérieure au Conseil de la Choura iranien, Alaa Eddine Boroujerdi, de l'ambassadeur de Syrie au Liban, Ali Abdel Karim Ali, de délégations venues du Pakistan et de l'Irak ainsi que d'un parterre de figures politiques et militaires.

Il a été l'occasion pour Hassan Nasrallah d'affirmer que son parti n'envisageait pas de guerre contre Israël mais qu'il ne la craignait pas non plus.

Il a également tenu à saluer les martyrs de l'armée libanaise qui ont perdu la vie à Ras Baalbek "en défendant la Békaa et le Liban contre les groupes terroristes takfiri, lesquels font preuve, jour après jour, de poursuivre ce qu'a entamé Israël".

Enumérant ensuite les martyrs de Konaitra, il a souligné que la présence des dirigeants dans le champ de bataille auprès des combattants concrétisait l'essence-même de la force de la Résistance.

"Le mélange du sang libanais et iranien en terre syrienne illustre l'union de notre cause, de notre destin et de notre combat," a-t-il précisé, remerciant les membres du parti qui se sont dit prêts au sacrifice dès les premiers moments de l'attaque de Konaitra et qui ont été "à la hauteur de leur responsabilité" pour la riposte.

En effet, la "brigade des martyrs de Konaitra", affiliée au Hezbollah, avait revendiqué mercredi l'attaque des missiles antichars lancés sur un convoi israélien dans les fermes de Chebaa, détruisant plusieurs véhicules militaires et tuant un nombre de soldats.

"Notre région souffre, malheureusement, depuis des décennies, d'une présence cancéreuse baptisée Israël, un Etat terroriste (...) corrompu et hautain," a-t-il affirmé, rappelant qu'Israël violait les lois et les droits en Palestine, ne reconnaissait pas la résolution 1701 et abusait de la guerre en Syrie pour détruire le pays en finançant et en soutenant de façon claire et flagrante les groupes terroristes.

Nasrallah a de même signalé que l'ennemi profitait clairement de la situation régionale chaotique, des guerres dans le voisinage et des divisions des sociétés "au milieu de l'absence totale des Etats arabes et de la soi-disant Ligue arabe".

Il a donc expliqué que la publication, par le Hezbollah, de la liste des martyrs de Konaitra a surpris l'ennemi, lequel a ravivé son déploiement aux frontières nord.

"Certains ont même estimé que l'Iran ou que la Syrie interdiraient les représailles, et à mon tour je vous dis qu'aucun de nos alliés n'acceptent que nous soyons humiliés," a-t-il souligné.

"Il était clair pour nous, dès le début, que nous devions riposter, que l'ennemi doit être puni pour son crime (...) nous avons décidé de la nature et du lieu de l'opération et nous étions prêts au pire", a noté Hassan Nasrallah.

Dans ce contexte, il a salué le courage de ses combattants qui ont mené "une attaque frontale contre l'ennemi plutôt qu'une attaque aérienne [et lâche] comme l'a fait Israël."

"La Résistance au Liban est au meilleur de sa forme, que ce soit au niveau de la présence ou de ses préparations, alors que l'armée israélienne est incapable de lui faire face sur le terrain. Voici l'Israël que nous avons vaincus en 2006 et à Gaza, il est actuellement plus fragile qu'une toile d'araignée," a déclaré le Secrétaire général.

"Nous ne voulons pas aller à la guerre, mais nous ne la craignons pas," a-t-il martelé.

Et de conclure: "dans le passé, nous faisions la différence entre assassinats et travail militaire (...) mais, à partir d'aujourd'hui, à chaque fois qu'un membre du Hezbollah est tué nous accuserons Israël et nous considérons qu'il relève de notre droit de riposter à tout moment et de la manière que nous jugeons appropriée."
Tags
#Hezbollah, #Hassan_Nasrallah, #Israel
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency