iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Hariri à Al-Arabiya : Le roi Abdallah croyait dans la modération

BEYROUTH | iloubnan.info, avec agences - Le 24 janvier 2015 à 15h55
Voici la traduction en français de l'interview donnée par l'ancien Premier ministre libanais Saad Hariri à la chaîne de télévision "Al-Arabiya" depuis sa résidence à Riyad, suite au décès du roi Abdallah ben Abdel Aziz, et à l'accession du roi Salman ben Abdel Aziz au trône.
Al Arabiya: Que souhaitez-vous dire en ce jour?
Hariri:
C’est une grande perte pour la nation arabe. Nous disons adieu au roi Abdallah ben Abdel Aziz qui était un père et un leader de la nation arabe. Aujourd'hui, le Liban ressent cette perte parce que le roi Abdallah a soutenu notre pays au cours de toutes les périodes difficiles qu'il a traversées. Que Dieu ait pitié de lui. Il a toujours veillé sur la nation arabe et islamique, et aujourd'hui les Libanais sentent qu'ils ont perdu un père qui les a toujours soutenus en paroles et en actes. Il soutenait également la cause palestinienne et toutes les causes arabes.

Comment voyez-vous l'avenir de cette solide relation, qui était visible sous le règne du roi Abdallah, pendant le règne du nouveau roi Salman ben Abdel Aziz?

Il ne fait aucun doute que le roi Salman poursuivra sur la même voie. Depuis le règne du roi Abdel Aziz, la politique du Royaume envers les pays arabes était claire et loin de toute ingérence dans les affaires intérieures. Il était désireux de réunir toutes les parties ensemble et de construire l'unité arabe. Il ne fait aucun doute que le roi Salman cherchera à atteindre cette unité. Il a toujours soutenu les citoyens lorsqu’il était gouverneur de la province de Riyad. Le Roi Salman a également soutenu les Libanais au cours de ses nombreuses visites au Liban.

Vous avez rencontré plusieurs fois le regretté Roi Abdallah ben Abdel Aziz, et vous avez été témoin de nombreuses de ses positions. Certaines vous ont-elles particulièrement marqué?
Lors de l'attaque sur la ville d’Ersal l'été dernier le roi suivait les événements au Liban. Vous savez qu'il a beaucoup offert à l'armée libanaise, et il estimait qu'il devait soutenir la lutte contre le terrorisme au Liban. Il a donc octroyé au Liban un don d'un milliard de dollars pour lutter contre cette forme de terrorisme et contre les extrémistes. Il m'a appelé ce jour-là tard dans la nuit, et a insisté sur l'annonce de ce don, parce qu'il avait compris la gravité de l'extrémisme et de ce fléau auquel les musulmans sont confrontés, et il défendait toujours la modération chez les musulmans et la lutte contre ce genre de terrorisme par tous les moyens.

Les musulmans sont confrontés aujourd'hui à une étape difficile d'extrémisme religieux et de violence, et le défunt roi avait établi le «Centre international Roi Abdallah Ben Abdelaziz pour le dialogue interreligieux et interculturel" KAICIID. Que pensez-vous des résultats de cette initiative?
Cette initiative découle d'une foi saoudienne dans le dialogue entre les religions, et non dans le conflit entre elles, mais certains s’éloignent de la religion et de ses principes, en prétendent être religieux et représenter une religion. Le Serviteur des Deux Saintes Mosquées a remarqué cela il y a dix ans et a compris l'ampleur de la menace sur la nation islamique. C’est pour cette raison qu’il a appelé à des initiatives visant à lutter contre le terrorisme, et à un dialogue entre les religions, parce qu'il a vu que certaines personnes veulent créer une confrontation entre les religions. Il était convaincu que l'islam est une religion de paix, et il a lancé son initiative de paix à partir de Beyrouth.

Que pouvez-vous dire du roi Salman Ben Abdel Aziz?

Le roi Salman était un ami de mon père, il le connaissait bien, et il connait beaucoup de dirigeants et de journalistes. Il a pris de nombreuses initiatives et a présidé les réunions du Conseil libano –saoudien, où il a prononcé un discours important sur le Liban et sur Rafic Hariri.

Aspirez-vous une coopération libano-saoudienne plus forte pendant le règne du roi Salman?
Il ne fait aucun doute que le Liban considère l'Arabie Saoudite comme son grand frère, et nous sommes impatients de développer cette relation de diverses manières. Le Royaume s’est tenu aux côtés du Liban dans les situations les plus difficiles, et était toujours prompt à aider le Liban, et nous œuvrons toujours à maintenir cette relation et à la développer.
Tags
#ArabieSaoudite, #Roi_Abdallah, #SaadHariri
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency