iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Evacuations de civils, morts de l'armée: Tripoli sous haute tension

BEYROUTH | iloubnan.info, avec agences - Le 27 octobre 2014 à 08h22
Une carte de la ville de Tripoli, diffusée par le compte twitter @archicivilians (groupe de recherche militaire et stratégique).
Les accrochages semblaient reprendre lundi matin à Tripoli dans le quartier de Bab el Tebbaneh. La veille au soir, un calme précaire s'était finalement établi, après une journée marquée par de nouveaux combats dans plusieurs quartiers entre miliciens et l'armée libanaise, qui a fait part lundi de son extrême détermination à "en finir" avec la "situation".
L'armée libanaise a tenu à montrer son extrême détermination lundi matin, avec un communiqué dans lequel elle a affirmé qu'elle allait "poursuivre les opérations militaires" à Tripoli et qu'aucun cessez-le-feu ou une trêve n'avaient été conclus."Toutes les informations circulant sur un éventuel cessez-le-feu sont sans fondement", a affirmé le texte.

"Nous sommes déterminés à en finir avec la situation" à Tripoli conclut le communiqué.

Dans ce contexte, de nombreux résidents des quartiers touchés par les violences dans la grande ville du nord du Liban ont été déplacés dimanche vers des regions sécurisée.

Dimanche soir, le Premier ministre libanais, Tammam Salam, avait appelé le chef de l'armée, Jean Kahwagi, à établir des passages sécurisés pour évacuer blessés et civils pris au piège dans les quartiers touchés par les affrontements entre l'armée et les groupes islamistes.

M. Salam a, dans ce contexte, salué les habitants de Tripoli, de Menyeh et Donniyeh et des différentes régions du Nord, assurant que le gouvernement “ne manquera pas à ses devoirs vis-à-vis des personnes touchées par les affrontements.” On ignore encore de quelle manière le gouvernement pourra dédommager les civils concernés.

Le ministre de l'Education et de l'Enseignement supérieur, Elias Bou Saab, a en tout cas annoncé, dimanche, que les écoles publiques dans les “zones sûres” deTripoli seraient ouvertes aux citoyens ayant fui les accrochages qui se déroulent dans la région et utilisées comme des abris temporaires à partir de dimanche soir. Il a precisé qu’il n’y aurait pas d’école lundi à Tripoli, à Mennyeh et au Akkar.

Le Comité des oulémas musulmans a de son côté appelé à un “cessez-le-feu immédiat” à Tripoli, pour trouver une solution à la situation dans la capitale du Liban-Nord.

"Alors que des incidents douloureux ravagent notre pays, de Ersal à Tripoli, et par souci de préserver la paix civile et d'arrêter l'effusion de sang, une réunion d'urgence a eu lieu à Beyrouth, à l'issue de laquelle un appel a été lancé pour exhorter toutes les parties à un cessez-le-feu immédiat, afin de laisser de la place à des solutions", a indiqué le Comité dans un communiqué dimanche soir, appelant également les "jeunes enthousiastes" à se "contrôler".
Tags
#Tripoli, #Syrie, #Armée_Libanaise, #Front_al_Nosra
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency