iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Les chefs des armées des pays de la coalition anti-EI à Washington pour définir une stratégie

BEYROUTH | iloubnan.info, avec agences - Le 15 octobre 2014 à 08h51
Le président américain Barack Obama a rencontré 22 chefs des armées des pays membres de la coalition anti-Etat islamique le 14 octobre 2014 à Washington. Sur cette photo, il sert la main du chef de l'armée irakienne, le Général Babakir Zebari. Crédit Photo: Maison Blanche / Pete Souza.
Les chefs militaires de la coalition internationale anti-Etat islamique se sont réunis mardi à Washington pour établir une stratégie commune contre les jihadistes. Cette réunion, la première du genre depuis le début de cette guerre, a rassemblé les chefs des armées de 22 pays engagés dans la coalition internationale.
Le président américain Barack Obama a également participé à ce meeting, qui intervient alors que les frappes aériennes lancées par la coalition emmenée par les Etats Unis peinent à freiner l'avancer des jihadistes en Syrie et en Irak.

Le chef de l'armée libanaise Jean Kahwagi était présent à la réunion. Une "source anonyme" au sein de l'armée libanaise a affirmé au quotidien The Daily Star que "nous participons en tant que pays qui reçoit de l'aide militaire et de l'entraînement de la part des Etats Unis. Et aussi parce que notre armée est régulièrement confrontée au terrorisme sur le territoire libanais."

Des jihadistes du Front Al Nosra ont violemment combattu contre l'armée libanaise dans le village libanais de Ersal à la frontière libano-syrienne cet été. Une trentaine de soldats ont été kidnappés à cette occasion. Trois d'entre eux ont d'ores et déjà été exécutés, le gouvernement libanais refusant de les échanger contre des prisonniers issus d'Al Nosra, actuellement détenus à la prison de Roumieh.

"Cependant nous n'avons rien à voir avec les décisions prises durant ce meeting," a affirmé la source au Daily Star.

Les Etats-Unis et l'Arabie saoudite ont mené lundi et mardi 21 frappes aériennes près de Kobané, qui ont "freiné l'avancée" des jihadistes du groupe Etat islamique (EI) entrés depuis plusieurs jours dans cette ville kurde syrienne (nord), a affirmé l'armée américaine citée par l'AFP.

"Des éléments montrent que les frappes ont freiné les avancées de l'EI", a précisé le Centre de commandement militaire américain chargé de la région. Les frappes, qui ont détruit plusieurs positions et des bâtiments de l'EI, visaient à empêcher les jihadistes de "se renforcer, de se réapprovisionner" et d'avancer dans les quartiers encore tenus par les forces kurdes.
Tags
#CoalitionAntiEI, #EI, #EtatIslamique, #ISIS
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency