iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Hariri: "L'élection d'un nouveau président relève de la responsabilité de tous"

BEYROUTH | iloubnan.info - Le 09 aot 2014 à 08h33
 Hariri à Beyrouth
L'ancien Premier ministre et chef du Courant du Futur, Saad Hariri a remercié au début de la réunion élargie avec le bloc parlementaire du Futur à la Maison du Centre, le roi saoudien Abdallah Ben Abdel Aziz pour le don accordé au Liban, notamment à l'armée libanaise et dont il est responsable de sa gestion.
"Ce don a pavé la voie à mon retour au pays et a donné un espoir à tous les Libanais que leur pays n'est pas abandonné par ses frères, mais qu'il est le centre de leur attention et qu'ils veulent le protéger contre toute menace", a-t-il dit.

"Le soutien de l'armée, des Forces de sécurité et de l'Etat est la principale tâche de cette donation. Cette dernière servira également à contribuer à la stabilité du Liban et à faire face à toute tentative qui pourrait nuire à la coexistence entre les Libanais", a ajouté M. Hariri.

Quant à l'élection d'un nouveau président de la République, Il a affirmé que l'élection d'un nouveau chef de l'Etat relève de la responsabilité de tous, et non seulement de celle de Saad Hariri. "Il est temps pour ouvrir la porte devant un consensus plus large autour de l'élection d'un président et pour être solidaires face aux défis qui guettent le Liban", a-t-il précisé.

"Nous sommes contre le vide au sein de la première instance. La présence d'un président au pouvoir est désormais un besoin et une nécessité pour la stabilité du pays et en faveur de la relance du dialogue", a-t-il clamé.

M. Hariri a en outre considéré que le rôle du Courant du Futur était la protection de la modération, interdire la propagation de l'extrémisme et bloquer la voie face à toute tentative visant à semer la discorde au pays. "Notre choix est de soutenir l'Etat et d'aider l'armée et les forces de sécurité, même si des erreurs ont été commises. Si le Hezbollah agit d'une manière qui nuit au Liban, cela ne signifie pas qu'il faut répliquer avec la même erreur, ou qu'il faut briser le prestige et la colonne vertébrale de l'Etat", a-t-il ajouté.

L'ancien PM a réitéré que l'ingérence du Hezbollah en Syrie avait nui au Liban et à la communauté chiite, la vague d'attentats qui a frappé la Banlieue sud de Beyrouth, le Sud et la Békaa, en est la preuve.
"Le Hezbollah a causé de dommages aux relations entre les musulmans, en interférant en Syrie et a exposé l'armée et les forces de sécurité aux attaques des groupes terroristes. Nous avons tous vu comment l'armée a payé le prix fort, le Hezbollah ayant toujours attaché à nous imposer un fait accompli rejeté par les Libanais ", a-t-il estimé.

M. Hariri a par ailleurs signalé que les dirigeants saoudiens étaient conscients de l'ampleur du danger, et qu'ils estiment que la protection du Liban devrait être aussi une responsabilité arabe. "Le soutien de l'armée et des forces de sécurité s'inscrit dans le cadre de cette prise de conscience et de l'orientation auxquelles a appelé le monarque saoudien".

"Nous, comme Mouvement du Futur, sommes responsables de notre rôle quant à la protection de la modération et au rejet de toute sorte d'extrémisme. Ce n'est pas le temps de surenchère politique et des discours populistes, étant donné que cette période critique nécessite la solidarité autour du rôle de l'Etat, dans le but d'empêcher la chute des institutions militaires et de sécurité", a conclu M. Hariri.
Tags
#Hariri_à_Beyrouth
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2020 Par Proximity Agency