iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Le conflit syrien déborde sur l'Est du Liban: au moins 80 morts

BEYROUTH | iloubnan.info - Le 04 août 2014 à 21h09
 Guerre a Ersal
Photo: National News Agency
La bataille qui oppose depuis samedi à Ersal l'armée libanaise aux jihadistes a fait plusieurs dizaines de morts dont une majorité de miliciens. Trente-trois personnes sont portées disparues.
Les jihadistes, qui combattent en Syrie contre le régime de Bachar el Assad, ont au début des combats été désignés comme faisant partie du groupe Jabhat al Nusra. Ce groupe a depuis un an revendiqué plusieurs attentats au Liban ciblant des zones dominées par le Hezbollah, engagé militairement en Syrie pour soutenir le président Assad.

Samedi, les combats avec les forces de sécurité libanaises ont commencé quand des hommes armés syriens se sont infiltrés dans la région d’Ersal après l'arrestation au Liban d’Imad Ahmed Jomaa, membre présumé de Jabhat al Nusra. Ils ont attaqué un barrage de l'armée libanaise. Dans la Bekaa, c’est un poste des Forces de sécurité intérieure (FSI) qui a été pris d’assaut. Depuis, les affrontements ont donc coûté la vie à quatorze militaires, à 50 hommes armés et à trois civils.

Lundi, l'armée libanaise a tiré au canon sur les jihadistes camouflés dans les collines surplombant Ersal. En avançant dans la ville, les soldats ont découvert les corps de 50 activistes armés, a indiqué un responsable des services de sécurité libanais.

Par ailleurs, 86 soldats sont blessés et 22 autres sont portés disparus, vraisemblablement aux mains des assaillants, selon l'armée libanaise.

Quelques centaines d'habitants, surtout des femmes et des enfants, ont fui la ville lundi matin. Le «village » frontalier d’Ersal compte environ 40 000 habitants. Depuis le début du conflit en Syrie en mars 2011, les réfugiés syriens n’ont cessé d’affluer, faisant monter la population d’Ersal jusqu’au nombre de 100 000 habitants.

"Nous n'avons pas dormi de la nuit à cause des combats. Nous sommes les derniers à avoir pu quitter la ville, car les hommes armés nous empêchent de partir. Ils ont tiré au-dessus de nos têtes", a affirmé à l'AFP Ahmad Houjairy, 55 ans, à bord d'une camionnette transportant une quinzaine d'enfants.

Pour l'état-major de l'armée libanaise, l'incursion des islamistes n'est pas une réaction spontanée à l'arrestation de Jomaa. Selon lui, elle a été soigneusement préparée.

Depuis un an, les islamistes ont été repoussés dans la zone frontalière côté syrien par les forces gouvernementales syriennes, soutenues par le Hezbollah.

La classe politique libanaise considère l'attaque d'Ersal comme une tentative de l'Etat islamique (EI) d'asseoir sa présence au Liban. Ersal est une région dont la population est majoritairement sunnite. Cette zone est utilisée comme un passage pour les armes et les rebelles entre le Liban et la Syrie.

La population d’Ersal soutient majoritairement le soulèvement contre le président syrien.

Outre l’afflux de réfugiés, elle subit aussi de nombreux raids aériens syriens ciblant des rebelles retranchés dans la région. Elle subit aussi la pression du Hezbollah qui a, à de nombreuses reprises, barré des routes locales pour contenir les rebelles à l’intérieur de la zone. Ces barrages avaient généré d’importantes frictions entre la population, les miliciens du parti de Dieu et les forces de sécurité libanaises.
Tags
#Crise_a_Ersal
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2019 Par Proximity Agency