iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Saad Hariri: "La déclaration de Michel Aoun était inappropriée"

BEYROUTH | iloubnan.info, avec agences - Le 25 juin 2014 à 11h41
Photo: National News Agency
L’ancien premier ministre Saad Hariri a rencontré mardi après-midi le président Michel Sleiman à Paris. La réunion a porté sur les derniers développements, notamment bien sûr l'impasse dans l'élection présidentielle, et la reprise des attentats-suicides à Beyrouth. Le même jour, M. Hariri a également rencontré au Quai d'Orsay le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius.
Saad Hariri s'est exprimé de manière officielle après sa rencontre avec le président Michel Sleiman hier mardi. Ses déclarations nous ont été transmises par son bureau de presse.

"J'ai eu aujourd'hui l'honneur de rencontrer le président Sleiman, et nous avons parlé de la situation au Liban, en particulier de l'élection présidentielle, qui est importante pour tous les Libanais, et nous cherchons à mettre fin à la vacance le plus vite possible," a déclaré l'ancien Premier ministre. "Le président est le chef de l'Etat et entraver l'élection du Président de la République est à mon avis un crime contre les Libanais. J'ai remercié le président pour les années pendant lesquelles il a montré de la patience, avec tous les Libanais, envers tous les politiciens, surtout qu'il a toujours été très modéré concernant les querelles entre les responsables politiques. Il a toujours arrondi les angles et prodigué de bons conseils à tous. Nous espérons que nous allons tous retourner au Liban et le voir se rétablir, parce que le pays a vraiment besoin de se relever, dans l’intérêt de tous les Libanais."

Question : Le Président du Parlement Nabih Berri a appelé à une huitième séance le 2 juillet pour élire le Président de la République. Êtes-vous optimiste quant à cette séance ou sera-t-elle suivie d’autres ?
Hariri:
Je souhaite à chaque fois que la séance conduise à l'élection du Président de la République. Mais dans la réalité politique vécue par les Libanais, les âmes doivent se calmer et nous devrions nous concentrer sur l'intérêt du Liban d'abord et chercher un consensus.
Notre position, en tant que mouvement politique, est claire. Il devrait y avoir un dialogue interchrétien afin de rassembler les idées et parvenir à un consensus, surtout que ce poste concerne tous les Libanais, mais c'est aussi un poste chrétien. Ceci est important pour nous en tant que "Courant du Futur". Par conséquent, je crois que les dirigeants des partis chrétiens doivent se réconcilier et dialoguer. Ils ont tous peur pour les chrétiens, et nous aussi, c’est pour cette raison que nous appelons tout le monde à vraiment se concentrer sur l'intérêt du Liban, l'intérêt des chrétiens en Orient et l'intérêt de la présidence.
Nous espérons que quelque chose de bon se dégagera de la prochaine séance pour élire le président, mais il existe une réalité, et nous espérons pouvoir tous parvenir à un consensus.

Nous assistons aujourd'hui au retour des attentats. A votre avis, que représentent-ils ?

Ils représentent un acte lâche de certains groupes qui ne veulent pas de l'Etat. Quoi qu'ils fassent, ils ne changeront pas la réalité de la coexistence au Liban. Certains croient qu’en augmentant la tension, la situation au Liban peut exploser, mais je pense que c'est un acte lâche et le gouvernement ainsi que les dirigeants sécuritaires et militaires doivent travailler sérieusement pour mettre fin à ces attentats. En outre, certains partis politiques, en particulier le Hezbollah, doivent se retirer de Syrie et épargner au Liban les tragédies auxquelles il est confronté. Nous ne pouvons pas voir toutes ces tragédies, en Syrie ou en Irak, et dire que personne ne peut nous atteindre. Le feu nous atteindra si certains interfèrent dans les affaires syriennes ou irakiennes.

Le Général Michel Aoun a dit qu'il est prêt à assurer votre sécurité politique si vous revenez au Liban. Avez-vous l'intention de rentrer prochainement au Liban ?
Je n'ai pas besoin de sécurité politique. Lorsque je déciderai de retourner au Liban, Dieu protège tout le monde. Le général Aoun a peut-être expliqué par la suite ce qu'il voulait dire, mais quelle que soit cette explication, la déclaration était inappropriée. Ces déclarations ne doivent être adressées ni à Saad Hariri ni à aucun autre homme politique libanais. Nous avons une voie que nous poursuivrons, qui est l'unité du Liban et l'intérêt du Liban avant toute autre chose.
Je tiens également à remercier le Président Michael Sleiman pour la médaille qu’il m’a offerte.

Que dites-vous au sujet de votre rencontre avec le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius aujourd’hui ?

Nous avons parlé du Liban et tout le monde est à la recherche de l'intérêt du Liban et tente d'arrondir les angles pour la stabilité au Liban.
Tags
#SaadHariri, #Laurent_Fabius, #Michel_Sleiman, #Election_présidentielle_2014, #Michel_Aoun
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency