iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Nasrallah: Nous voterons pour la loi Orthodoxe si elle est soumise au vote

BEYROUTH | iloubnan.info / NNA - Le 10 mai 2013 à 10h41
Le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, a affirmé jeudi que son parti voterait pour la loi électorale proposée par la Rencontre Orthodoxe, si elle est soumise au vote, appelant par ailleurs à la formation d'un gouvernement constitué des différentes parties, conformément à leur représentation au Parlement.
Sayyed Nasrallah s'est exprimé à l'occasion du jubilé d'argent de la radio al-Nour, organe du Hezbollah. Son discours a été transmis sur des écrans, lors de la cérémonie qui a eu lieu à Ghobeiry, en présence du député Hassan Fadlallah représentant le chef du Législatif Nabih Berri, des ambassadeurs de Syrie et d'Iran et de plusieurs députés, ministres et personnalités politiques.

Plusieurs sujets d'actualité locale et régionale ont été abordés dans son discours, de la loi électorale et la formation du gouvernement à la situation en Syrie et en Palestine. Mais il a tenu, tout d'abord, à rendre hommage à radio al-Nour et à tous ceux qui y travaillent.

"Le travail dans cette station est une forme de résistance comme n'importe quelle autre, similaire à celle exercée sur les lignes de front", a-t-il lancé, rappelant que cette radio a toujours soutenu les activités du Hezbollah sur le terrain.

Sayyed Nasrallah a alors critiqué les pratiques de certains médias qui s'écartent de leur principale mission, dénonçant les mensonges délibérés, les fausses informations et les allégations qui sont désormais monnaie courante dans le travail médiatique.

"Les médias de la résistance ont montré la véritable image du Hezbollah et la réalité de l'armée ennemie. Ils ont aussi toujours été honnêtes vis-à-vis des auditeurs et des téléspectateurs", a-t-il poursuivi.

Evoquant ensuite la "Cause Palestinienne", le chef du Hezbollah a regretté et dénoncé les concessions des pays arabes à cet égard. Il a également mis en garde contre le fait qu'Israël puisse tirer profit de la situation régionale.

"La Ligue arabe et les pays arabes considèrent que la cause palestinienne, la mosquée al-Aqsa et l'église du Saint-Sépulcre présentent un fardeau historique, non pas une cause" à défendre, a-t-il martelé.

Et de poursuivre: "Malheureusement, pour certains, la mosquée d'al-Aqsa n'est plus une priorité au même titre que le fait de s'entretuer en Irak et en Syrie et de déstabiliser le Liban".

Sayyed Nasrallah s'est de même penché sur les raids israéliens en Syrie, la semaine dernière, notant que cette offensive avait plusieurs visées, parmi lesquelles écarter la Syrie du conflit arabo-israélien, parce que ce pays constitue la clé de voûte pour les résistances libanaise et palestinienne.

Il a alors déclaré que la Syrie va transférer, au Hezbollah, de nouveaux types d'armes qui changeraient l'équilibre des forces dans la région.

"La décision de la Syrie de donner ces armes à la résistance est une riposte stratégique aux offensives ennemies", a-t-il expliqué.

Sayyed Nasrallah a indiqué que la décision syrienne d'ouvrir le front du Golan devant la résistance populaire, pour libérer ce plateau occupé, était aussi une riposte stratégique. "Nous sommes prêts à recevoir toutes les armes capables de changer l'équilibre des forces et, puisque la Syrie est restée aux côtés du Liban durant la guerre, nous allons rester à ses côtés et lui fournir un soutien militaire et logistique pour libérer le Golan occupé", a-t-il poursuivi.

Sur le plan intérieur, le secrétaire général du Hezbollah a souligné que son parti voulait une formation rapide d'un nouveau gouvernement et insistait sur la tenue des législatives à la date prévue.

"Nous ne voulons pas de report", a-t-il signalé.

Tout en critiquant les forces du 14 Mars "qui n'ont laissé aucune chance" au gouvernement démissionnaire de Najib Mikati, il a expliqué qu'"organiser les législatives ne serait pas la seule fonction du gouvernement du Premier ministre désigné Tammam Salam".

"Ce gouvernement ne sera pas uniquement chargé des élections, il aura également pour mission de gérer la situation économique et la question de la sécurité du pays. Tous les partis devraient y être représentés et les portefeuilles ministériels devraient être octroyés en fonction de la répartition des sièges parlementaires", a-t-il précisé, notant que "la formation d'un gouvernement d'union nationale est dans l'intérêt du Liban" et qu'il n'y a "pas de temps à perdre".

Il a enfin abordé la question de la loi électorale, assurant que le Hezbollah voterait pour la loi Orthodoxe, si elle est soumise au vote lors de la séance plénière du 15 mai.

"Nous avons donné notre parole! Notre groupe politique ne s'est pas accordé, jusqu'à présent, sur une autre alternative et nous ne sommes sûrement pas en faveur du vide politique", a-t-il avancé.

En conclusion, le chef du Hezbollah a évoqué l'affaire des pèlerins libanais enlevés à Azaz, en Syrie. "Nous avons fait ce qu'il y avait à faire, le reste est entre les mains de l'Etat", a-t-il conclu.
Tags
#Hassan_Nasrallah, #Loi_Orthodoxe, #Hezbollah
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency