iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Nasrallah : "depuis 2006, Israël mène une réflexion minutieuse pour lancer une offensive contre le Liban"

BEYROUTH | iloubnan.info / NNA - Le 17 fvrier 2013 à 08h07
Photo: AFP
Le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, a fermement critiqué samedi, les propos de l'ancien Premier ministre Saad Hariri, les qualifiant de préjudiciables au parcours et à la mémoire du martyr Rafic Hariri.
Nasrallah a signalé que trente ans plus tard, le projet de la Résistance est plus que jamais solide et réel, évoquant le chemin de la résistance, de la libération à la protection du pays, jusqu'à la victoire. Il a de même remercié tous ceux qui avaient aidé le parti dans son parcours, notamment la Syrie et l'Iran, soulignant que l'assassinat de l'ingénieur iranien Houssam Khoshnevis était de loin le premier sacrifice que l'Iran avait subi au nom du Liban

Le secrétaire général du Hezbollah a déclaré que le slogan de cette année était "Sur le chemin de la Palestine" puisque la Résistance libanaise a constitué, par ses victoires, un grand soutien à la Palestine, mentionnant le rôle considérable qu'avait joué à ce titre Imad Moghniyé.

Par ailleurs, il a contesté le discours de Saad Hariri prononcé lors de la huitième commémoration du martyr Rafic Hariri. Il a expliqué que Rafic Hariri soutenait les armes du Hezbollah. "Quand nous avons dit à votre père, avant février 2005, que la question de la Résistance est une priorité, il nous avait répondu qu'il soutenait les armes du Hezbollah. Votre père aurait-il également touché un pot-de-vin?", s'est-il adressé en ces termes au chef du Courant Futur.

Selon Nasrallah, Rafic Hariri lui avait indiqué qu'il présenterait sa démission et quitterait le pays en cas de paix globale, si la Syrie plaidait cette idée et si le Hezbollah refusait de rendre ses armes, parce qu'il refusait tout simplement d'entrer en conflit avec la Résistance.

Il a déclaré que Saad Hariri était prêt à accepter et soutenir les armes de la Résistance à condition que le Hezbollah lui offre en échange le poste de Premier ministre à la tête du gouvernement au lieu de Mikati, mais le parti avait refusé sa proposition.

Nasrallah a noté que le fait de prendre en considération les intérêts de ses alliés était primordial pourvu qu'ils ne fussent pas contre l'intérêt général du pays, évoquant la position du Général Aoun lors de la guerre de 2006. "Nous sommes persuadés que la loi Orthodoxe assure une représentation juste aux chrétiens ainsi qu'aux musulmans", a-t-il ajouté sur le débat électoral.

En outre, il a déclaré que dans l'hypothèse où il n'y aurait pas d'accord sur une nouvelle loi, le Hezbollah voterait en faveur du projet Orthodoxe. "Nous rejetons toute monopolisation du pouvoir et défendons un véritable partenariat pour un pays fort et capable de se défendre", a-t-il poursuivi.

Quant au gouvernement de Najib Mikati, Nasrallah a relevé que Nabih Berri avait sacrifié un ministre pour céder cette place à l'ancien Premier ministre Omar Karamé, indiquant que le 14 Mars avait refusé de participer au gouvernement en place.

Il a estimé que même si le Hezbollah et Walid Joumblatt avaient des divergences de points de vue en ce qui concerne le dossier syrien, ceci ne devrait pas inciter au conflit national.

Sur le plan régional, il a salué le mouvement pacifique et la résistance du peuple au Bahreïn, souhaitant que le dialogue puisse contribuer aux aspirations et aux attentes du peuple.

En ce qui concerne la question de Bourgas, Nasrallah s'est étonné des rumeurs qui circulent autour d'une éventuelle attaque israélienne contre le Liban en guise de représailles, insistant sur le fait qu'Israël n'avait pas besoin de prétexte pour mener une attaque contre le Liban. "Israël invente ses propres alibis pour agresser le pays du Cèdre", a-t-il martelé.

"Concernant l'attentat de Bulgarie, Israël a accusé l'Iran et le Hezbollah d'en être les commanditaires dès le premier jour, "certains au Liban nous ont classés sur la liste des organisations terroristes avant même l'Union européenne", a-t-il dit.

"Depuis 2006, Israël mène une réflexion minutieuse pour lancer une offensive contre le Liban. Toutefois, les discussions au sein de l'Etat hébreu mettent en évidence le fait que ce dernier est en train de préparer un combat beaucoup plus large contre le Liban", a-t-il ajouté.

Nasrallah a informé que toutes les manoeuvres israéliennes démontrent qu'une guerre sans merci serait engagée contre le Liban.

En effet, il a certifié que le Liban n'était plus un pays faible qui pouvait être facilement occupé et que la Résistance était entièrement prête et capable de le défendre. "Contrairement à ce que plusieurs pensent, nous n'avons pas besoin du soutien de la Syrie, laquelle est préoccupée par ses conflits internes, nous possédons ici tout ce dont on a besoin pour défendre notre pays", a-t-il assuré.

Nasrallah a enfin mis en garde contre toute agression contre le Liban, jurant par le sang des martyrs, que la Résistance est plus que jamais déterminée à faire face à toute offensive.
Tags
#Hassan_Nasrallah, #Israel, #Guerre_de_juillet, #Rafic_Hariri
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency