iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Législatives 2013: les quatre points de l'initiative de Hariri

BEYROUTH | iloubnan.info, avec agences - Le 01 février 2013 à 11h44
Une capture d'écran de l'interview de Saad Hariri dans l'émission de Marcel Ghanem, "Kalam Ennass", le 31 janvier 2013 sur la chaine libanaise LBCI http://www.lbcgroup.tv/kalam-ennas/
Voici les points essentiels de l'initiative annoncée par l’ancien Premier ministre Saad Hariri dans son interview télévisée diffusée sur la chaine libanaise LBCI, jeudi soir, dans le cadre du programme Kalam ennass avec Marcel Ghanem.
"Les appréhensions sont réelles et elles existent et chaque communauté les perçoit de son point de vue," a affirmé Saad Hariri au cours de l'interview, dont vous pouvez retrouver la retranscription ici, telle qu'elle nous a été communiqué par le service de presse de M. Hariri. Vous pouvez également retrouver l'intégralité de l'émission Kalam Ennass du 31 janvier sur le site de la LBCI.

"Il existe des appréhensions légitimes et des timidités illégitimes. L'appréhension que tous les Libanais ressentent aujourd'hui, est le sentiment que la nation est confrontée à des risques fondamentaux, au niveau politique, sécuritaire, économique et de la coexistence. Toute solution à ces problèmes ne devrait pas émaner de projets et de propositions qui se transformeront en de nouvelles préoccupations," a estimé Saad Hariri, en allusion probable à la proposition de loi électorale dite "Orthodoxe".

Cette loi, proposée il y a quelques semaines dans la perspective des Législatives libanaises de juin prochain, a soulevé de nombreuses critiques de la part de différents partis politiques, d'une partie de la classe intellectuelle, et de la société civile, qui y voient un nouvel outil de clivage communautaire (selon cette loi, les électeurs chrétiens ne votent que pour les candidats chrétiens, les sunnites que pour les sunnites etc).

"En 2020, le Liban célébrera le centenaire de la création de l'Etat du Grand Liban, annoncée par le patriarche Hoayek en 1920. L’ambition de la majorité des Libanais n’est pas de retourner, en cette occasion, à l’État du petit Liban, ou à toute autre formule qui établirait des frontières politiques entre les familles spirituelles. Mon ambition et l’ambition de la majorité des Libanais est que nous célébrions en ce centenaire de la naissance du Liban, l’instauration de l'Etat civil du Grand Liban," a martelé Saad Hariri.

"Ce que nous proposons est:

1 - Organiser les élections législatives à la date prévue sur la base de la loi des petites circonscriptions, qui assure la justesse de la représentation de toutes les régions, les catégories et les confessions.

2 - Créer un Sénat représentant toutes les confessions et sectes au Liban comme stipulé par l'accord de Taëf, après avoir amendé la Constitution pour suspendre la condition relative à l’abolition du confessionnalisme politique pour une période limitée qui sera déterminée. A travers ce sénat, les différentes familles spirituelles auront une fonction constitutionnelle fondamentale, relative à la protection de l'identité du Liban, de son rôle, de son message et de la coexistence entre ses fils, et le droit de veto sur les décisions qui contredisent ces concepts. Ceci peut être accompli immédiatement après avoir été accepté.

3 - Répondre aux plaintes chroniques de toutes les régions et groupes libanais qui sont liées aux obstacles au niveau du développement et de l'administration, en adoptant immédiatement les dispositions de l'accord de Taëf concernant la décentralisation administrative élargie.

4 - Assurer la garantie constitutionnelle à l'unanimité obtenue par la déclaration de Baabda, qui prévoit « la neutralité du Liban par rapport à la politique des axes et des conflits régionaux et internationaux et lui épargner les répercussions négatives des tensions et des crises régionales, et cela pour préserver l’intérêt suprême du Liban, son unité nationale et sa paix civile, sauf en ce qui concerne le devoir de respecter les résolutions internationales, le consensus arabe et la légitime cause palestinienne, y compris le droit de retour des réfugiés palestiniens dans leurs terres et leurs maisons et de ne pas les implanter ». Cette garantie constitutionnelle consiste à ce que la «Déclaration de Baabda» devienne partie intégrante du préambule de la Constitution, et ceci confirme ce qui a été indiqué dans la déclaration, pour ce qui est d’ «œuvrer à renforcer les institutions de l'État et favoriser la culture de recours à la loi et aux institutions juridiques pour résoudre tout différend ou problème urgent."
Tags
#SaadHariri, #Elections_législatives_2013, #Loi_Orthodoxe
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency