iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Le coup de comm' de Netanyahou à la tribune de l’ONU

PARIS | Rue89 - Le 28 septembre 2012 à 14h57
Par Pierre Haski
Photo: UN Photo/J Carrier
Comment se faire remarquer à la tribune de l’Assemblée générale des Nations unies, lorsque les uns après les autres, Présidents et Premiers ministres viennent lire leurs discours ternes devant des auditoires blasés ? Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou s’est révélé maître en relations publiques en sortant un dessin d’une bombe (iranienne, cela va de soi), la mèche allumée, et en écrivant au feutre la « ligne rouge » qu’il veut voir tracer.
Netanyahou savait que cette image ferait le tour du monde (la preuve, ici même...), et lui permettrait de marquer un point en frappant les esprits. Et en particulier aux Etats-Unis puisqu’il est en guerre (feutrée) avec l’administration Obama qui refuse de tracer cette fameuse « ligne rouge ».

Le premier ministre israélien n’en est pas à son coup d’essai. Il s’était d’ailleurs fait connaître sur la scène internationale en 1991, pendant la première guerre du Golfe, alors qu’il était seulement vice-ministre des Affaires étrangères : en direct sur CNN, il avait sorti un masque à gaz en prétextant une alerte aérienne qui s’est révélée fausse ! Mais l’image avait frappé.

La fiole de Powell

Son geste n’est pas sans rappeler celui de Colin Powell, alors secrétaire d’Etat américain, qui avait sorti, le 5 février 2003, devant le Conseil de sécurité médusé, une fiole contenant de l’anthrax, pour convaincre le reste du monde de la menace supposée des armes de destruction massives irakiennes. On connaît la suite, c’était un gros mensonge que le général Powell regrettera par la suite.

La godasse de Khrouchtchev

A la tribune des Nations unies, la liste est longue de ces dirigeants qui ont fait usage d’un objet pour attirer l’attention. Le plus célèbre, sans doute l’acte fondateur de la théâtralisation de la tribune onusienne, est le leader soviétique Nikita Khrouchtchev, qui, en pleine guerre froide, en 1968, avait sorti sa chaussure pour taper sur la table...

Le rameau d’olivier d’Arafat

Parmi les images fortes, figure celle de Yasser Arafat, invité à s’exprimer devant l’Assemblée générale alors qu’il n’est que le chef du mouvement palestinien Fatah et de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), et qui lève le bras en déclarant brandir d’un côté un rameau d’olivier, et de l’autre une kalachnikov.

Il n’avait avec lui ni l’un, ni l’autre, mais la force de l’image fut telle que les murs de Palestine se sont recouverts de fresques le représentant avec ce rameau d’olivier imaginaire...

La diatribe de Kadhafi à l'ONU: "Vous n'êtes qu'un décor"

Moins populaire, Mouammar Kadhafi, alors leader de la Jamahirya libyenne, qui fait sa première apparition à la tribune de l’ONU en 2009 et s’en prend vivement à l’institution. Il jette un petit livret contenant les statuts de l’ONU, et déclare à l’assemblée médusée : « Vous n’êtes qu’un décor »...

Un décor ? Kadhafi n’avait pas tort. Et qui dit décor dit acteurs : Benyamin Netanyahou aura fourni jeudi, avec sa « ligne rouge », un moment fort du théâtre diplomatique.
PUBLIÉ INITIALEMENT SUR
Rue89
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2017 Par Proximity Agency