iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Le Hezbollah face aux menaces d'Israël: "nous aussi nous pouvons tout détruire"

BEYROUTH | iloubnan.info, avec agences - Le 04 septembre 2012 à 08h47
Hassan Nasrallah, a souligné lundi que la Résistance islamique n'aura pas recours aux armes chimiques "même si l'ennemi le fait".
Le secrétaire général du Hezbollah s'exprimait dans le cadre d'une entrevue accordée à la chaîne al-Mayadine, durant laquelle il a également fait part de l'intention de l'Iran de frapper des bases militaires américaines dans le Golfe en cas d'agression israélienne contre les installations nucléaires de Téhéran.

"Nous n'avons même pas besoin d'avoir recours aux armes chimiques et nucléaires, et c'est ça notre point fort," a-t-il affirmé, qualifiant de "haram" (interdit par la religion), en premier lieu, l'utilisation d'armes chimiques.

"Nos missiles peuvent toucher les usines qui fabriquent les armes chimiques de l'ennemi," a-t-il clarifié.

"Les Israéliens menacent de détruire le Liban; moi aussi je leur dis que [le Hezbollah] a assez de missiles capables de détruire des villes et des colonies en Israël. Nous aussi, nous pouvons tout détruire," a-t-il menacé.

Le chef de la Résistance a en outre noté que l'ennemi a pour but premier de viser les plateformes des armes du Hezbollah, indiquant toutefois qu'Israël n'aura jamais accès à toutes les plateformes en question.

Sayed Nasrallah a ajouté que les missiles et les armes dont dispose aujourd'hui la Résistance au Liban atteindront, en cas d'agression, des cibles bien précises et déterminées en Israël. "Nous avons une large liste de cibles (...) nous n'aurons pas de limites, toutes les options restent ouvertes, elles ne seront pas strictement militaires et nos missiles pourraient transformer les vies de millions d'Israéliens en un enfer," a-t-il dit.

"Notre situation est de loin meilleure qu'en 2006," a précisé Sayed Nasrallah.

"J'ai demandé à nos jihadistes de se préparer à une éventuelle incursion en Galilée," a-t-il affirmé.

Pour le chef du Hezbollah, le gouvernement libanais ne prends pas la charge de riposter aux menaces, "nous entreprenons alors de le faire."

En évoquant les développements récents en Syrie, Sayed Nasrallah a estimé que l'avenir de la région entière est en jeu, en ajoutant : "Américains et Israéliens profitent de ces évènements pour que l'attention des peuples arabes soit détournée de la lutte palestinienne contre l'oppression." Il a répété que le régime syrien paie le prix de ses positions anti-américaines et antisionistes. Il a de même ajouté que le président syrien Bachar al-Assad, qu'il a rencontré au début de la crise en Syrie, s'est dit prêt à lancer un dialogue avec l'opposition : "mais l'opposition a refusé tout dialogue."

Hassan Nasrallah, qui a finalement trouvé peu probable toute agression israélienne contre Téhéran, a signalé que l'Iran ne gardera pas les bras croisés en cas d'attaque et que sa riposte dépassera les frontières israéliennes : "les bases américaines dans le Golfe pourraient également être prises pour cibles," a-t-il indiqué.
Tags
#Hezbollah
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency