iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Rassemblement pour la paix à Beyrouth: réunion de famille place des Martyrs

BEYROUTH | iloubnan.info - Le 22 mai 2012 à 12h43
Par Andrew Codd
Organisé subitement à travers le réseau social Facebook lundi en réaction aux affrontements meurtriers de la nuit précédente, un rassemblement contre la guerre promettait de réunir plus de 2000 personnes à Beyrouth, selon le nombre d'inscrits sur la page de l'événement. Ils n'étaient finalement qu'une bonne centaine "d'habitués", comme certains d'entre eux se sont eux-mêmes décrits. Ambiance.
Ce lundi soir, seulement une centaine de personne s'était déplacée Place des martyrs, pour exprimer leur refus de voir le pays s'engager dans un nouveau cycle de violence.

Les médias avaient largement répondu présents à l'invitation à rejoindre le rassemblement pour la paix place des Martyrs. Pendant une heure, ils ont filmé et photographié les manifestants, créant ainsi un événement qui sans leur présence n'aurait pas eu beaucoup de sens.

Ce rassemblement faisait suite aux affrontements qui dans le nord du Liban opposent régulièrement les pro- et anti-Bachar el Assad, le président de la Syrie voisine, où le régime réprime violemment depuis plus d'un an un mouvement de contestation populaire. Ce week-end, deux religieux sunnites, opposés au régime syrien, ont été tués par des tirs de l'armée de l'armée libanaise, toujours dans le nord du pays. L'événement a généré un regain d'affrontements, jusqu'à Beyrouth où deux personnes ont été tuées dans la nuit de dimanche à lundi.

L’ambiance générale ce lundi soir place des Martyrs n'avait rien de très solennelle. Elle avait plutôt l'allure d'une réunion de famille élargie : « On croise toujours les même personne dans ce genre d’événement, ce soir tu peux être sur de les retrouver dans un bar à Gemmayze ou Hamra » s'indigne une jeune femme. Quand on lui demande d'où elle vient elle répond ironiquement: "Je suis étudiante à l'AUB, original n'est-ce pas ?"

Autour de la statue cernée par quelques militaires, des étudiants libanais, de jeunes parents avec leurs enfants mais aussi beaucoup d'étrangers expatriés venus prendre des photos et manifester leur profond attachement à la paix.

"Un croyant ne tue pas un autre croyant", "Éliminez la religion au lieu de vous éliminer vous même" ou plus sixties :"give peace a chance" pouvait on lire sur certaines affiches.

"Moi je trouve ça marrant d'être là, il vaut mieux le prendre ainsi. Depuis 6 ans que je participe à ce genre d'action, j'ai eu le temps de constater que ça ne servait absolument à rien" m'explique Sandra, étudiante en troisième année d’hôtellerie. "Demande aux Libanais s'ils veulent la paix, ils vont tous te dire oui. Demande leur ce qu'ils veulent ensuite, il n'en seront jamais d'accord" renchérit elle.

Je décide de la prendre au mot. J'aborde deux personnes qui par la teneur des pancartes qu'elles arborent semblent être animées par le même sentiment pacifique. En effet quand on les questionne, elles souhaitent toutes deux une paix, qui ne passera que par un changement du système politique libanais. Mais alors que la première imagine une "révolution séculaire radicale", son amie largement plus nuancée prône un assouplissement du système confessionnel. Commence alors une discussion animée à laquelle je ne suis pas convié. Heureusement, l'une d'elle coupe court au débat et se retourne vers moi.

"De toute manière, il ne faut pas se leurrer. La majorité des gens ici font partie des classes sociales privilégiées, par conséquent elles n'ont aucun intérêt à ce que les choses évoluent réellement. Ceux pour qui c'est le plus important, eux, iront se battre dans la rue."

Tags
#Manifestation, #Guerre_civile
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency