iloubnan.info
( Publicité )
Politique

La Turquie ferme son ambassade à Damas, Moscou considère l'initiative d'Annan comme une "dernière chance"

BEYROUTH | iloubnan.info, avec agences - Le 26 mars 2012 à 10h59
Le Premier ministre turc Erdogan - Photo: AFP
Ankara a fermé lundi son ambassade en Syrie, a annoncé une source diplomatique turque citée par plusieurs agences, précisant que le consulat d'Alep restera ouvert. Selon la source, le personnel diplomatique turc a quitté la capitale syrienne.
De nombreux pays ont déjà fermé leurs ambassades en Syrie pour marquer leur désaccord face à la violente répression menée par le pouvoir contre le mouvement de révolte né il y a un an: la France, l'Italie, l'Espagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, mais aussi les Etats-Unis, la Suisse et les six monarchies arabes du Golfe ont ainsi plié bagage ces derniers mois.

Cette décision de fermer l'ambassade turque en Syrie intervient alors que le président américains Barak Obama a rencontré à Séoul le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, où ils ont convenu d'apporter une aide "non militaire" aux rebelles syriens.

L'aggravation de la militarisation du conflit demeure un spectre que plusieurs puissances mais aussi certaines branches de l'opposition veulent à tout prix éviter pour ne pas tomber dans la guerre civile.

Ancien allié de Damas, Ankara a progressivement durci le ton depuis le début de la répression, pour dès novembre 2011 appeler Bachar el Assad à quitter le pouvoir.

C'est également en Turquie, à Istanbul, que se tiendra la seconde réunion des Amis de la Syrie le 1er avril, qui doit réunir une soixantaine de pays arabes et occidentaux. La première réunion avait eu lieu fin février à Tunis. Elle n'avait pas abouti à une prise de position internationale majeure.

Les violences en Syrie depuis le début de la répression du mouvement de révolte né mi mars 2011 ont fait plus de 9000 morts selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

Cette nouvelle rupture de relation diplomatique intervient alors que l'envoyé spécial de l'ONU et de la Ligue arabe en Syrie, Kofi Annan, s'est rendu à Moscou dimanche pour étudier avec cet allié de Damas les solutions possibles à une sortie de crise, et envisager de quelle manière la Russie pourrait influencer le président syrien et le décider à faire cesser la répression.

Jusqu'à présent, la Russie avait apporté un soutien indéfectible à la Syrie, son allié depuis la période soviétique. Tout comme la Chine, où Kofi Annan doit se rendre cette semaine, Moscou a plusieurs fois opposé son véto à une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU appelant à la fin des violences. La position  russe a cependant légèrement changé ces derniers jours, appelant Assad à accepter quelques heures de trêve quotidiennes pour permettre l'acheminement de l'aide humanitaire. Moscou est également resté solidaire de la déclaration du Conseil de sécurité de l'ONU vendredi, qui exprime tout son soutien à l'initiative de paix de Kofi Annan. Cette initiative, qui demande notamment l'arrêt immédiat des violences, a été présentée le 10 mars à Bachar el Assad par Kofi Annan lors d'une visite à Damas. La réponse de Bachar el Assad quelques jours plus tard a été qualifiée de "refus radical" par des sources diplomatiques occidentales. L'agence Associated Press avait quant à elle estimé que la réponse du président syrien "n'arrivait même pas au niveau des attentes des Russes."

Lors de la visite de Kofi Annan dimanche, le président Medvedev a estimé que la mission de paix de l'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe pourrait bien être "une dernière chance d'éviter une guerre civile en Syrie", et par conséquent, a annoncé que la Russie apportait à M. Annan "tout (son) soutien, à tous les niveaux".
Tags
#Erdogan, #Turquie, #Syrie, #Kofi_Annan
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency