iloubnan.info
( Publicité )
Politique

Annan demande un cessez-le-feu à Assad, la ville d'Idleb pilonnée par l'armée

BEYROUTH | iloubnan.info, avec agences - Le 11 mars 2012 à 11h20
Kofi Annan et Bachar el Assad lors de leur entretien à Damas samedi 10 mars. - Photo: United Nations News Service
La ville d'Idleb en Syrie a subi samedi un pilonnage intensif de l'armée syrienne alors même que l'envoyé de l'ONU et de la Ligue arabe Kofi Annan rencontrait le président Bachar el Assad à Damas pour lui demander un cessez-le-feu.
C'est dans un climat de violence marqué par plusieurs morts dans les rangs des opposants comme dans ceux de l'armée régulière que l'envoyé de l'ONU et de la Ligue arabe, Kofi Annan, a rencontré le président syrien Bachar el Assad à Damas pour lui demander un cessez le feu et de mettre un terme à la crise.

Lors de son entretien avec le président Assad, Kofi Annan lui a demandé de prendre des "mesures concrètes" pour mettre fin à la crise que traverse le pays actuellement. Il a également exprimé sa profonde préoccupation concernant la situation générale en Syrie, avançant plusieurs propositions pour faire cesser les violences, donner accès aux agences humanitaires et au Comité international de la croix rouge, libérer les prisonniers, et lancer un dialogue politique pour répondre aux demandes et aspirations légitimes du peuple syrien. Cet appel au dialogue avait été rejeté par le Conseil national syrien, qui représente plusieurs branches de l'opposition.

Dans une déclaration lue par son porte-parole, M. Annan a décrit son entretien avec M. Assad comme "franc" et "global". Pour sa part, le président syrien a indiqué selon l'agence officielle syrienne Sana que la Syrie est disposée à "faire réussir tout effort sincère à la recherche d'une solution aux événements qu'elle connaît, mais que le succès de cet effort exige en premier lieu une étude de ce qui se déroule sur le terrain au lieu de s'appuyer sur l'espace virtuel sur lequel comptaient certains pays régionaux et internationaux pour falsifier les faits et donner une image absolument contraire à ce qu'affronte la Syrie".

Le président al-Assad a également insisté sur le fait que "tout dialogue ou processus politique ne pourrait réussir tant que les groupes terroristes armés s'employaient à propager le chaos et à déstabiliser le pays via le ciblage des citoyens, civils et militaires, et la destruction des biens publics et privés."

Le régime syrien attribue la révolte à des groupes terroristes armés agissant sous l'impulsion de forces étrangères, notamment occidentales.

Les deux hommes doivent reprendre leurs discussions dimanche, avant le départ de M. Annan pour Doha au Qatar dans l'après midi.

Samedi, Kofi Annan a également discuté avec des militants de l'opposition ainsi que d'importants hommes et femmes d'affaires du pays.

Pendant ce temps là les violences continuent

Pendant ce temps-là, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme cité par plusieurs agences, 36 personnes ont été tuées samedi dans les violences qui opposent l'armée régulière aux opposants. L'ONG indique que 23 d'entre elles ont été tuées à Idleb dans le nord ouest du pays. La ville, qui regroupe un grand nombre de rebelles selon des militants, a subi dès l'aube samedi un pilonnage de l'armée. Cité par l'agence AFP, un militant local de la Commission générale de la révolution syrienne a affirmé que plusieurs immeubles se sont effondrés dans un quartier de la ville.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme a également indiqué que des rebelles ont tué trois soldats de l'armée régulière en attaquant leurs véhicules qui tentaient de prendre certaines zones d'Idleb.
Quatre autres soldats ont été tués dans une autre opération dans la province d'Idleb, lors de laquelle cinq soldats ont été capturés.
Tags
#Syrie, #Nations_unies, #ONU, #Kofi_Annan, #Ligue_arabe
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency